Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/12/2017

Progrès

L'humanité se prend trop au sérieux. C'est le péché originel ici-bas. Si les hommes des cavernes avaient su rire, l'Histoire eût été fort différente.

Oscar Wilde (Dans la conversation).

 

Dans le film La Guerre du feu (JJ Annaud 1982) (référence antédiluvienne j'en conviens) à un moment les trois guerriers Oulhamr, partis en quête du feu pour le compte de leur tribu,  bivouaquent.

Avec eux une jeune femme d'une tribu plus évoluée qui sait "allumer le feu", elle (aussi). Ils l'ont sauvée des gros méchants anthropophages, les Kzamm.

Par hasard, (éboulement d'un bout de terrain je crois), l'un des guerriers reçoit sur la tête un caillou, et la femme éclate de rire devant son air con. Perplexité chez les mecs.

Puis l'idée fait son chemin, tandis que le petit groupe poursuit le sien. Si bien que lors d'une halte suivante, l'un d'eux (un ancêtre de Chaplin qui sait) décide de rejouer le gag.

Il balance une grosse pierre sur la tronche du copain installé un peu plus bas. Et tout le monde se bidonne, y compris l'intéressé tandis que le sang lui dégouline du front.

 

Le problème des hommes des cavernes n'est probablement donc pas de n'avoir pas su rire. Ni à proprement parler qu'ils aient apprécié même les gags un peu saignants. 

Le problème c'est quand certains se sont mis à trouver le gag encore plus drôle quand ça saignait.

Le problème suivant c'est que d'autres encore n'aient plus trouvé drôle que ce qui saignait.

On me dira : mais non, le seul problème c'est les grosses pierres. On va quand même pas s'empêcher de les ramasser, non ?

On dit souvent que la force n'est pas un argument. Cela dépend de ce que l'on veut prouver. (L'âme humaine)

 

 

 

 

 

 

 

 

08:56 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)