Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2018

Horace ô désespoir

« Ab ovo » 

(Citation du poète Horace)

= à partir de l'œuf. 

Quel œuf ? Pas celui de Colomb qui parlait espagnol, italien, mais non latin (enfin si, il devait bien le parler un peu) (à l'époque ça déclinait encore pas mal).

Cet œuf est une histoire mythologique, concernant une fois de plus les frasques de Jupiter-Zeus. Et surtout son goût de la métamorphose.

Pour séduire la dénommée Léda, il ne trouva rien de mieux que transformer la donzelle en oiselle, plus exactement en cygne, se faisant cygne lui-même. Pourquoi cygne et pas libellule ou papillon ? Aucune idée.

(Sauf à penser qu'il était lacanien) (ben oui faire le cygne pour faire signe) (vous me direz Zeus ne causait pas plus français ou lacanien que Colomb latin) (moi je dis on est dans la mythologie les gars, alors tout est possible).

La preuve suite aux ébats desdits cygnes, Léda (quoique redevenue femme) pondit deux œufs (surréaliste, non?)

De l'un éclosèrent (éclosurent ?) les jumeaux Castor et Pollux. De l'autre éclosirent les jumelles Hélène et Clytemnestre.

Hélène ? Oui, c'est elle. The Hélène, la belle Hélène soi-même, à l'origine de la guerre de Troie. (Disent les misogynes) (faudrait plutôt regarder du côté de Pâris, non?) (lequel c'est qui a enlevé l'autre?)

 

Bref tout ceci pour dire que le poète Horace loue son confrère Homère de n'avoir pas commencé son récit à partir de l'œuf de Léda. Autrement dit de ne pas être remonté aux calendes grecques pour expliquer la guerre de Troie.

« Laissons les histoires de basse-cour, et filons plutôt direct au campement militaire » qu'il s'est dit le père Homère. « Après tout je suis censé narrer l'histoire d'une guerre, si je ne m'abuse, ô ma Muse ? »

Et c'est ainsi que l'Iliade démarre logiquement non ab ovo mais ab ira, par la colère du bouillant Achille sortant fumasse de sa tente.

 

De nos jours les fouteurs de merde et fauteurs de guerre de tout poil ont une méchante tendance à remonter ab ovo pour satisfaire leur ira. Dans chaque camp chacun va toujours dénicher un vieil œuf bien pourri pour relancer la vendetta.

Preuve que la lecture d'Homère hélas se perd, mon pauvre Horace.

 

 

 

 

 

 

09:44 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)