Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/04/2018

Pourquoi pas moi

« Aut Caesar aut nihil »

 

Ou César ou rien.

C'était, dicunt rosae paginae, la devise de César Borgia.

Pour ma part j'y vois comme une contradictio in terminis. Comment devenir quelqu'un si pour cela on se propose d'être quelqu'un d'autre ?

Mais, dira le lecteur, les modèles, les exemples, ne sont-ils pas nécessaires à la formation de la personnalité ? L'enfant progresse en voulant faire comme les adultes aimés et admirés, en s'identifiant à des personnages historiques ou légendaires.

C'est juste, ne jetons pas le bébé avec l'eau du bain.

Sauf que je trouve aut Caesar aut nihil nettement plus radical qu'une simple incitation à prendre exemple. Être son modèle sous peine de n'être rien, Dieu me compute, voilà une injonction à exister en mode 0/1. Et du coup avoir une chance sur deux de ne pas exister (enfin chance on se comprend, une possibilité).

OK César Borgia, assumant l'injonction portée par son prénom, a fait son chemin dans la vie, (j'entends au plan réussite sociale parce que côté éthique on est nettement plus près du 0 que du 1) (mais c'est pas la question) (et c'est bien le problème).

Cependant dans nombre de cas l'alternative se résout moins glorieusement. Ou César ou rien ? Ben rien.

Car cette injonction totalitaire fait du modèle un idéal (au sens de mon ami Platon). Elle a donc toutes les chances (enfin on se comprend) de couper de la réalité telle qu'elle est, et ainsi d'empêcher de faire avec ce qu'on a, ce qu'on est. Du coup, faute d'atteindre son objectif, on se considère comme un raté.

Ressentiment garanti, moitié dépression, moitié agression envers autrui. (Lien infernal entre idéalisme et nihilisme CQFD).

Bon, je vous vois venir, vous allez m'alléguer en contre-argument le fameux Chateaubriand ou rien de Victor Hugo. Cette ambition l'a motivé, le Totor, a catalysé son génie, non ?

Oui oui. Mais est-ce que ça valide la phrase pour autant ? Victor Hugo n'a pas été rien, je vous l'accorde.

Mais il n'a pas été Chateaubriand non plus, vous me l'accorderez.

Cela dit entre nous plutôt que Chateaubriand ou rien combien on parie qu'il pensait en vrai Victor Hugo ou rien ?

Et il avait bien raison. Que tu sois César, Victor, René ou n'importe qui,

Que dit ta conscience ? - « Tu dois devenir celui que tu es. »

Le Gai Savoir (270)

 

 

 

 

15:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)