Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/07/2020

(13/14) Justice et raison

« À ceux qui nous régissent et commandent, ceux qui tiennent le monde en leur main, il n'est pas assez d'avoir un entendement commun, de pouvoir ce que nous pouvons ; ils sont bien loin au-dessous de nous, s'ils ne sont bien loin au-dessus. Comme ils promettent plus, ils doivent aussi plus. »

(Montaigne Essais III,8 De l'art de conférer)

 

Oui mais alors la question est : comment faire pour trouver ces oiseaux rares ?

 

« Il faut qu'ils nous trient par conjecture et à tâtons (en fait c'est un peu au pif qu'on les sélectionne), par la race (la naissance) les richesses, la doctrine, la voix du peuple : très faibles arguments. Qui pourrait trouver moyen qu'on en pût juger par justice, et choisir les hommes par raison, établirait de ce seul trait une parfaite forme de police. »

 

Nous voici donc, lecteur-trice (il fallait que ça arrive) devant la bonne vieille question de la meilleure forme de gouvernement.

Par la race = monarchie ou aristocratie héréditaires.

Les richesses = éventuellement clientélisme et ploutocratie, et aussi, de façon plus policée, avec apparence de légalité, les formes censitaires de démocratie ou d'aristocratie.

La doctrine = ce peut être le règne de l'expert, mais aussi, au vu des expériences historiques et du monde contemporain, ce peut être le mode où gouverne le porteur d'une (le guide selon une) idéologie qui structure la société, qui crée un ciment entre les citoyens.

Donc éventuellement un populisme, voire un totalitarisme.

Par la voix du peuple = la démocratie, qui elle-même peut prendre bien des formes.

Gouverner par la justice et la raison = le véritable philosophe-roi cher à Platon (et par conséquent de l'ordre de l'idéal, autrement dit du fantasme)

(mode platonicien par excellence)

(bon, ça c'est fait) (une fois de plus).

 

Cependant Montaigne conclut un peu plus loin sur ce point avec une confondante malice : bof, finalement la fortune, le sort, le hasard sont plus déterminants que les qualités ou défauts des gouvernants ...

 

Et rebof, de toutes façons ce sont leurs impulsions qui gouvernent la conduite des humains. Moi par exemple qui vous cause :

« Ma volonté et mon discours se remuent tantôt d'un air, tantôt d'un autre, et y a plusieurs de ces mouvements qui se gouvernent sans moi. Ma raison a des impulsions et agitations journalières et casuelles. »

 

Mais alors du coup, rendus ici dans le chapitre, on a tendance à se dire : tout ça pour ça ? C'était bien la peine de se décarcasser à réfléchir à l'art de conférer, aux caractères du débat démocratique …

 

 

08:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)