Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/08/2020

(8/12) Civilisation

La société civile : drôle d'expression quand même. Pléonastique, non ? Une société est par définition civile en tant qu'ensemble des personnes qui sont la cité. Re-non ?

La société civile. Ainsi nommée, oui je sais, pour la différencier du monde politique. Ce qui implique logiquement : celui-ci est la société incivile. CQFD.

Que ce ne soit pas la seule partie du corps social atteinte de ce mal, on est d'accord. Le virus de l'incivilité est endémique. Simplement il y a des zones du spectre social où il s'exprime de façon plus visible.

Celles du pouvoir (politique, économique surtout), et, à l'autre bout, comme en miroir, celles où l'impuissance se convertit en violence.*

 

Quant à l'expression réseaux sociaux, hein ? Un remarquable cas d'école de la langue de bois dont on fait les pipeaux. Un terme-pipeau qui pianote en virtuose sur toutes sortes d'ambiguïtés.

Pipeau ou piano faut choisir, dira le lecteur. En fait c'est juste qu'une métaphore en cache une autre. C'est une métaphore poupée-russe, si vous voulez.

 

Tout ça pour dire ce qui me gêne dans le terme réseaux sociaux est qu'il confine au mensonge (par omission au mieux) (et quand je dis confiner j'euphémise un max).

Car il laisse subliminalement entendre que les réseaux seraient par définition des éléments contribuant à construire la société, à fabriquer du lien social. De fait ils représentent une forme quantitativement importante du lien social, on ne peut le nier.

Mais côté constructivité réelle pour la société, disons qu'il y a du déchet.

 

Et par ailleurs (ou pas si ailleurs) on peut s'interroger sur la fibre sociale des firmes capitalistes que sont avant tout ces réseaux. Terriblement sujettes à la paresse fiscale comme d'autres à la paresse intestinale. Sans compter une relation pas vraiment sociale avec leurs employés, surtout d'en bas.

Et avec ça complices (à l'insu de leur plein gré ça va sans dire) d'atteintes aux droits zé législations, d'atteintes à la vérité.

Mais soyons justes : tout ça n'est pas très porteur pour l'action (boursière oui) (pourquoi y en a d'autres?)

Alors qu'avec un truc bien glauque ou bien méchant, c'est clic garanti. Genre le bras d'un bandit-manchot à tous les coups gagnant.

 

 

*effet miroir mis en lumière dans Code 93 d'Olivier Norek (Michel Lafon 2013)

08:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)