Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/08/2017

Faiblard

5 horizontal 4 lettres : est fort de café.

Bon déjà la solution c'est pas Clooney, il nous faudrait un double (de cases). What else ça irait mais séparément (là ce serait un demi). Ou what ou else.

Jamais vu de grilles qui se construisent en « ou bien ou bien », autrement dit avec arborescence possible à partir de chaque définition. Mais va savoir ça existe peut être. Sinon ça serait à inventer. Pour les cruciverbistes très forts munis d'un thermos de café itou, bien entendu.

À voir déjà le boulot que c'est une grille muette. (Quoi, elle ?)

Cette histoire de thermos me fait penser à Balzac qui carburait au café comme tant d'écrivains. Mais oui je sais son café était pas dans un thermos.

Quoique. Dans quoi au fait ? Un genre de samovar comme Tolstoï pour son thé, non ? Mais bref avec Balzac le compte de lettres n'y est pas. Avec Duras non plus, dommage. D'ailleurs je me suis laissé dire qu'elle carburait plutôt au whisky.

(Au fait Tolstoï je suis pas sûre pour le samovar de thé, aussi bien il crachait pas sur la vodka non plus). Proust trop de lettres évidemment (et puis le côté boisson stimulante du tilleul ça se discute).

Bon laissons les écrivains ça doit pas être la bonne piste. Ah : Char !

Non je dis pas piste de char, Ben-Hur c'est 6 lettres de toutes façons. Et puis à l'époque le café ils connaissaient pas.

Sauf là-bas dans le futur Nouveau Monde ça aussi je sais (je suis pas premierenee de la dernierepluie). Seulement les pauvres : sans internet ni multinationales va inonder la planète de ta production. Pareil pour le cacao.

(Heureusement que le gringo Colomb est arrivé hein).

Mais n'empêche : inca, 4 lettres. Oui mais non. On parle des Incas pour le cacao je veux bien, pour l'or (Tintin Temple du Soleil) à la rigueur pour les sacrifices humains mais pas pour le café.

Bref quand j'ai dit Char, je parlais du poète en quatre lettres. Qui devait forcément boire du café et qui était un mec baraqué, une force de la nature. Fort comme un Turc genre.

Donc fort de café = Char. Ça se tente (il se serait appelé Marc au lieu de René c'était parfait mais bon).

Quoi ? Qu'est-ce que j'ai dit ? … Turc ? Quel rapport ? Ah ouais café turc. Faiblard comme solution, non ?

C'était bien la peine je me décarcasse à la recherche de subtiles hypothèses littéraires. Mais si si, vous avez raison, c'est ça. Maintenant que vous le dites ça croise avec Niche funéraire. (Oui des fois ils oublient que les mots croisés ça doit rester récréatif).

Niche funéraire = enfeu. (Non bière c'est autre chose). Ce qui nous donne en 2° le u de turc. Oui. Bon.

Avec les mots croisés on s'attend toujours à ce qu'y ait un truc et des fois ben y en a pas.

Décevant, non ?

08:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.