Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/12/2017

L'âge du capitaine

La tragédie du grand âge, ce n'est pas que l'on est vieux, mais que l'on est jeune.

Oscar Wilde (Le portrait de Dorian Gray)

 

On n'est pas sérieux à 77 ans. Oscar l'a su d'emblée, même si, mort à 46 ans, il n'a pas eu le temps de le vérifier.

Si l'on était vraiment vieux quand on est vieux, on ne se dirait plus qu'une chose : après moi le Déluge (ou la catastrophe nucléaire finale, voire la météorite dinosauricide). J'ai fait ma part : aux suivants.

Et si t'as pas fait ta part ?

Ben ça me déprime et du coup j'en fais encore moins.

Moi je me dis quand tu meurs pour toi c'est la fin du monde. Après moi le Déluge c'est peut être, après mon déluge perso plus de moi c'est sûr de sûr.

Riantes pensées qui peuvent advenir à tout âge, mais encore plus quand on atteint celui des dinosaures. Son pliocène personnel ou que sais-je (je dis un truc totalement au pif) (je suis incapable de me repérer dans les strates et les ères) (et mon futur alzheimer va rien arranger).

Il arrive que les 60 et au-delà … (au-delà ?) (non pas cet au-delà-là, au-dessus disons) (au-dessus de quoi?) (stop c'est moi qui cause) (non mais) … pensent ainsi les jours de pluie.

Mais la plupart du temps ils pensent normalement, c'est à dire comme les jeunes : qu'il y a plein de boulot pour rendre ce monde vivable (et déjà faire qu'il survive), qu'il faut s'y mettre, qu'il y a ça et ça à faire et à penser.

Du coup ils s'intéressent à la politique, l'économie, l'écologie, tout quoi.

L'ennui c'est qu'ils ne sont pas vraiment excédentaires en énergie, qu'elle soit physique, psychique, intellectuelle. Tout les touche encore au cœur, et peut être de plus en plus, mais leur cœur se fatigue si vite.

Bref y a comme un gap entre les affects qui ont toujours vingt ans et les artères (etc.) qui ne peuvent pas en dire autant.

L'âme naît vieille, mais elle rajeunit. Voilà la comédie de la vie. Et le corps naît jeune, mais il vieillit. Voilà sa tragédie. (Une femme sans importance)

Heureusement que sur le pont les jeunes moussaillons ça manque pas et en plus dans le tas y a pas que des cons.

Qu'il est absurde de parler de l'ignorance de la jeunesse ! Les seules personnes dont j'écoute aujourd'hui les opinions avec respect sont des personnes beaucoup plus jeunes que moi. J'ai l'impression qu'elles me précèdent. (Le portrait de Dorian Gray)

 

Conclusion ? Il faut imaginer Sisyphe heureux, et Noé sans rides (Et femme pourquoi pas) (Soyons fous).

 

09:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire