Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/04/2018

Lui c'est Nietzsche

« Ecce homo » 

 

Tiens justement puisqu'on en parle. Ecce homo est le titre de l'œuvre de Nietzsche sans doute la plus émouvante, où il se livre avec cette paradoxale pudeur dans l'exhibition qui le caractérise. Mais elle est surtout éclairante sur le sens profond de son œuvre.

Voici l'homme sont les mots par lesquels Pilate présente à la foule le Christ dont il vient d'instruire le procès.

On sait que, pour le condamner à mort comme le réclament les grands prêtres et la foule dûment manipulée en ce sens, il n'est pas chaud bouillant (épisode célèbre de son lavage de mains en public). Le chef d'accusation « se dit roi des Juifs », pose habilement Jésus de Nazareth en opposant aux Romains.

Du coup Pilate, sous peine de perdre son autorité, renonce à ses vagues efforts de justice, et jette l'éponge (pour mieux se laver les mains).

Sur les tableaux intitulés Ecce homo, Jésus porte ainsi manteau rouge et couronne d'épines, tient un roseau en guise de sceptre : mise en scène ironique du titre « roi des Juifs » par ses gardiens-bourreaux.

Le choix du titre de son livre révèle donc chez Nietzsche avant tout son identification messianique. C'est que ça vous marque, le papa pasteur, qui plus est mort brutalement quand Friedrich était petit (et mignon à l'époque qui sait ?) (j'arrive pas à l'imaginer sans son horrible moustache).

Messianisme, mais paradoxal. Nietzsche en effet retourne comme un gant* la notion.

Le surhumain dont Zarathoustra est le prophète n'est conçu ni comme une infiltration de divin dans l'humanité, ni inversement comme une sublimation de l'humain en divin. Surhumain s'oppose non pas à humain, mais à trop humain.

Un terme qui désigne la mauvaise pente de la nature humaine : nihilisme, mauvaise foi (au sens existentialiste, celle qui fait fonctionner en faux-self) ).

Le surhumain est ce qui dans l'humain s'efforce de remonter (plus que surmonter) cette pente. Zarathoustra n'est pas vraiment prométhéen, il serait plutôt apparenté à Sisyphe.

(cf ce blog mes notes sur Zarathoustra de mi-octobre 2014 à mi-avril 2015) (comme le temps passe)

Ecce homo renvoie aussi au principe que Nietzsche nomme physiologie. On ne peut penser juste, rechercher adéquatement la vérité, si on ne le fait pas à partir de la réalité la plus prosaïque, la plus corporelle, la plus humaine.

(Je voudrais pas enfoncer le clou, mais encore un qu'était pas trop pote à Platon ...)

 

*J'ai retourné comme un gant l'idéalisme hégélien dixit Marx (Karl)

11:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.