Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/10/2018

Magie décolorée

III LE HASARD. Cause fictive de ce qui arrive sans raison apparente ou explicable, souvent personnifiée au même titre que le sort, la fortune etc.

De la succession de Grandeux et Grantrois on déduira que chaque un hasard trouve sa cause dans LE hasard. Cause fictive mais personnifiée.

 

Autrement dit dans le mot hasard survit quelque chose du rapport primitif à un monde censé être régi par des divinités aux desseins aussi mystérieux qu'inflexibles.

Voilà qui illustre parfaitement la remarque de Freud : Les mots de nos discours quotidiens ne sont rien d'autre que magie décolorée (Traitement psychique, article de 1890).

 

Au même titre que le sort, la fortune, etc. Voilà un etc qui ne contient pas grand chose à mon avis (destin, chance, et après?). Je ne ferai pas à Robert l'injure d'y voir une insuffisance de précision et de recherche (pour tout dire une vieille flemme).

Je crois plutôt qu'il s'agit d'un réflexe superstitieux : ne pas risquer le courroux du dieu Hasard pour avoir oublié l'un de Ses Noms. Robert peut toujours arguer que tout est dans « etc. »

Un peu comme il y avait dans certaines cités grecques, en plus des autels élevés aux dieux répertoriés & homologués, un autel au dieu inconnu. À tout hasard, on sait jamais …

 

À la rubrique des citations, on a un Condorcet très spinoziste : Cette cause nécessaire et inconnue que l'on nomme hasard.

Suivi naturellement des incontournables : Tout ce qui existe est le fruit du hasard et de la nécessité (J. Monod). Un coup de dés jamais n'abolira le hasard (Mallarmé).

Quant à L'organisation du monde exige que la matière s'abandonne aux jeux de hasard (H. Reeves), n'est-ce point une réponse implicite (et polémique) de Robert au fameux Dieu ne joue pas aux dés d'Einstein ?

 

Sinon on reste baba d'apprendre qu'en SPECIALT DR (droit je suppose) hasard signifie cas fortuit. Décidément on sera pas venu pour rien.

Enfin Robert conclut ce Grantrois par : PHILOS. Caractère de ce qui arrive en dehors de normes objectives ou subjectives, ce qui est moralement non délibéré.

Amis de la prise de tête, bonjour ! Occupez agréablement vos insomnies à

1) définir les mots norme, objectif, subjectif, moralement, délibéré

2) établir le schéma de leur mise en relation.

 

 

 

 

09:18 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.