Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/10/2020

(20/21) Pas grand miracle ?

« Tant de remuements d'état et changements de fortune publique nous instruisent à ne faire pas grand miracle de la nôtre. Tant de noms, tant de victoires et de conquêtes ensevelies sous l'oubliance, rendent ridicule l'espérance d'éterniser notre nom par la prise de dix argolets et d'un pouillier qui n'est connu que de sa chute »

(Montaigne Essais I,26 De l'institution des enfants)

 

Montaigne a longtemps caressé l'espoir de se faire un nom, et plus encore de trouver emploi comme il dit, de faire de sa vie une chose utile. À un moment il a admis qu'il lui fallait abandonner cet espoir.

L'ironique, c'est qu'il s'en est fait un, de nom, vraiment mémorable. Et qu'il aura été non seulement utile, mais précieux pour l'humanité entière, à travers tant de générations.

Seulement ça ne s'est pas fait de la façon qu'il espérait, ni dans les domaines qu'il visait.

 

Toutes choses égales par ailleurs (ça va sans dire) moi c'est sûr, je n'aurai pas fait grand chose de ma vie. Ou en tous cas, pas comme je le rêvais à 20 ans : être utile et en prime que cette utilité soit reconnue (on est bien vaniteux quand on n'a que 20 ans).

J'ai vécu un temps avec le vague espoir qu'un jour sait-on jamais.

Espoir forcément déçu, déception assortie d'amertume, amertume assortie d'auto-exhortation à m'en défaire.

Mais maintenant, là où j'en suis rendue de ma vie, plus besoin de m'exhorter. Plus d'espoir, donc plus d'amertume.

 

« Si j'avais à (me) façonner de nouveau, je (me) ferais vraiment bien autre que (je ne suis). Mais huy c'est fait ». (III,2 Du repentir).

J'entends ces derniers mots comme une constatation très apaisante dans sa simplicité.

J'ai fini par comprendre ce que certains savent d'emblée (mais mieux vaut tard que jamais) : on ne vit pas « pour » ceci ou cela. On vit pour rien, juste « parce que » on est vivant.

La vie c'est un truc gratuit, un bonus, personne ne nous demande rien en échange. Et tout vivant est un sacré veinard au moins pour ça (dit Épicure)

(bon après, y en a des plus ou moins veinards on est d'accord).

 

Et puis il y a un vrai super bonus dans la loterie : l'occasion de transmettre la vie reçue. Cette chance m'a été donnée.

 

 

09:00 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.