Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2020

Et quand personne (4/17) C'est un skeletos

« Je m'étudie plus qu'autre sujet. C'est ma métaphysique, c'est ma physique. »

(Montaigne Essais III,13 De l'expérience)

 

Ma métaphysique, ma physique : genre sans me vanter mon nombril est le centre du monde et même de l'univers, soit dit sans mégalomanie.

Exemple d'un humour pince sans rire fréquent dans les Essais, une discrète ironie pas toujours décelable à la lecture superficielle.

Car en fait, il l'a dit d'emblée au lecteur (cf 1/17), l'égotisme de Montaigne ne vise pas à une complaisance narcissique, au contraire il s'observe avec la sèche objectivité d'un clinicien.

 

« Je m'étale entier : c'est un skeletos (un écorché) où, d'une vue, les veines, les muscles, les tendons paraissent, chaque pièce en son siège. »

(II,6 De l'exercitation)

 

Métaphore évoquant le célèbre exergue des Confessions de Rousseau Intus et in cute (à l'intérieur et sous la peau).

 

La plus belle et forte formulation de cet état d'esprit est à mon goût celle-ci :

« J'ose non seulement parler de moi, mais parler seulement de moi ; je fourvoie quand j'écris d'autre chose et me dérobe à mon sujet.

Je ne m'aime pas si indiscrètement (sans discernement) et ne suis si attaché et mêlé à moi que je ne me puisse distinguer et considérer à quartier, comme un voisin, comme un arbre. »

(III,8 De l'art de conférer)

 

Une volonté d'objectivité qui conjoint le plan physique et le plan moral :

« Quoi qu'il en soit, veux-je dire, et quelles que soient ces inepties, je n'ai pas délibéré de les cacher, non plus qu'un mien portrait chauve et grisonnant, où le peintre aurait mis non un visage parfait, mais le mien.

Car aussi ce sont ici mes humeurs et opinions ; je les donne pour ce qui est en ma créance, non pour ce qui est à croire. »

(I, 26 De l'institution des enfants)

 

(L'objectivité consiste dans cette dernière phrase à revendiquer la subjectivité de sa parole) (paradoxe constitutif du livre cf 1/17).

 

Mais j'ai gardé le meilleur pour la fin :

 

« Je ne puis tenir registre de ma vie par mes actions : fortune les met trop bas ; je le tiens par mes fantaisies. Si ai-je vu un gentilhomme qui ne communiquait sa vie que par les opérations de son ventre (…)

Ce sont ici, un peu plus civilement, des excréments d'un vieil esprit, dur tantôt, tantôt lâche, et toujours indigeste. »

(III,9 De la vanité)

 

Savoureux, non ? (Si j'ose dire).

 

07:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

"comme un voisin, comme un arbre", c'est drôle.

Écrit par : Tania | 02/11/2020

Oui c'est à la fois drôle, (aux deux sens je trouve, ça fait sourire et ça étonne), et surtout émouvant : je vois là une humilité tranquille, un détachement de soi qui signe non un rejet de soi, mais l'harmonie avec le monde.

Écrit par : Ariane | 03/11/2020

Les commentaires sont fermés.