Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/03/2014

Interprétation

Voilà un mot qui ne parle pas pour ne rien dire, et qui de surcroît (ça va ensemble) remplit une fonction de lien, s'entremet entre plusieurs éléments, établit des correspondances, facilite la compréhension. Un mot intelligent, qui se prête avec expertise à une large utilisation.

Rendez-vous compte, vous pouvez donner une interprétation : du rôle de Hamlet, des variations Goldberg, des résultats d'une expérience de physique, d'une radio du thorax, de relevés météorologiques, de vos rêves, lapsus et actes manqués, d'un poème hermétique, d'un haïku sibyllin reçu ce matin d'un japonais de vos amis, etc. etc.

OK il y a un bémol bien sûr : même en supposant bonne volonté et souci de vérité, l'acte d'interprétation implique possibilité d'erreur. Erreur au revers d'interprétation, indissociables l'une de l'autre peut être. Pour Hamlet, ce n'est pas très grave. L'acteur ou le metteur qui en fait trop ou tord le texte pour faire style genre moi j'ai compris Shakespeare les mecs, c'est bien simple Hamlet n'attendait que moi pour se révéler dans toute son hamletitude : pourquoi pas ?Droit de tout un chacun (y compris moi ou même vous) à être narcissique et/ou con. Éventuellement ça peut faire rigoler, toujours ça de pris par les temps qui courent. Et puis en fait tout bien pesé, on constate qu'il y a toujours à pêcher un truc dans n'importe quelle interprétation artistique, qu'elle révèle une part de l'humanité ou de soi-même. Pour Bach pareil, d'autant plus qu'après Glenn Gould, il faut y aller, on vous y verrait. Bref l'interprétation dans le domaine artistique se ramène à la superbe phrase de Peter Brook « Il n'y a pas de problème pratique, il n'y a que des solutions esthétiques ». Idem pour l'interprétation au sens psychanalytique, où l'erreur est la règle du jeu du je. Car si on interprète Lacan interprétant Freud, le moi est paranoïaque, le ça est çapasseouçacasse et le surmoi psychorigide. Mais le tout n'est pas grave du moment qu'errare humanum est.

En revanche le domaine scientifique ne peut se satisfaire uniquement des solutions esthétiques. La science recherche l'interprétation la plus objective possible (on sait bien qu'il est impossible qu'elle soit objective tout court). C'est pourquoi en science plus qu'ailleurs une bonne interprétation implique la coopération : se communiquer les résultats, les comparer, chercher ensemble. D'ailleurs ça ne marche pas si mal, excepté quand les lobbies mercantiles s'en mêlent. Dans interpréter il y a prêter (oui je sais pas étymologiquement mais à l'oreille et d'abord je dis ce que je veux) et eux ne connaissent que le prêt à leur intérêt exclusif. Exemple ? Les résultats des cultures transgéniques peuvent s'interpréter de bonne foi entre scientifiques. Mais pour les lobbies de l'agro alimentaire il s'agit de faire du fric en brevetant leurs semences, de jouer de l'arme de la faim, de réduire à leur dépendance des millions d'agriculteurs. Dans cette affaire la santé n'a peut être pas grand chose à craindre, en tous cas ce n'est pas sur ce point que ma paranoïa s'éveille – nobody's perfect. Mais la vérité, et la justice qui va avec, ont tout à perdre. Et ça, ça craint vraiment.

 

 

12:23 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.