Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2014

Si c'était un instrument de musique ?

Nous y voilà, il fallait bien que ça arrive. Naturellement je pourrais vous dire que mon personnage est tous les instruments de musique. Ses productions usent en effet de tous les instruments en des tas de configurations variées. En symphonies ou en concertos, et même en symphonie concertante, dans des ensembles de musique de chambre, ou encore mêlés aux voix dans les messes ou les opéras ... Bon, soyons précis, il ne s'agit que d'instruments de la musique occidentale. Il n'a utilisé, du moins à ma connaissance, par exemple ni le balafon, ni les maracas ou le oud, ni non plus la trompe tibétaine (je sais pas le nom vous voyez ce que je veux dire, comme dans Tintin au Tibet, le truc qui fait un pouêêt guttural).

 

Comme je ne veux pas jouer la facilité, fût-ce dans un jeu de vacances, je vais préciser. Certains instruments représentent plus que les autres mon personnage. Le premier est une guitare.Deux personnages de ses opéras, et non des moindres, jouent de la guitare. Deux hommes, l'un tout jeune et quasi enfantin, l'autre mûr, blasé, cynique. L'un dans un boudoir douillet où deux femmes le maternent avec coquetterie, l'autre sous la fenêtre de la femme qu'il veut séduire, chacun d'eux chante l'amour à sa façon, mais en s'accompagnant pareillement de la guitare.

 

Autre instrument, un certain carillon (Glockenspiel en v.o.) aux sons argentins et naïfs semblables à ceux d'une boîte à musique. Petit instrument qui a tout d'un jouet, mais un jouet magique qui sauvera la vie du personnage à qui il a été donné. On dit, et en effet c'est fortement probable, que c'est le dernier instrument dont ait joué mon personnage, quelques heures avant sa mort.

 

Dernier instrument enfin, une flûte. Mon personnage a écrit des œuvres extraordinaires pour d'autres instruments à vent, comme le basson, le hautbois, et surtout, sublime dans le 2° mouvement du concerto qui lui est dédié, la clarinette. Mais c'est la flûte qu'il a choisie pour l'allier au carillon précédent. C'est la flûte qu'il a choisie pour symboliser la magie de la musique qui, créatrice de beauté, est un chemin vers un peu plus d'humanité.

Est-ce parce qu'elle en appelait ainsi à l'humain que mon personnage fit de sa flûte une flûte enchantée, comme si pour être humain il fallait un miracle ?

Vous savez quoi, cette flûte-là, il y a plein d'endroits où on en aurait bien besoin en ce moment. Je crois bien que c'est pour ça que j'ai pensé à Mozart et à sa musique sublime, comme pour allumer un contre-feu contre l'incendie ravageur de la violence bête et brute.

 

Bon, dans les deux notes suivantes je donne quelques précisions sur les éléments choisis.

 

 

09:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.