Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2014

Un rêve qu'il se donne ...

Qu'est-ce que dirait

La sinusoïde,

S'il lui fallait cogner

Au bas de chaque courbe

Et regrimper à pic après le choc reçu ? (Cycloïde, Euclidiennes suite)

En fait je m'aperçois que ce serait mieux que vous ayez les dessins de ces courbes, d'ailleurs Guillevic les place au début de chaque poème. J'ai donc essayé la fonction dessin du traitement de texte, mais Dieu me picassise, je crains de m'être emmêlé les pinceaux. Je me suis retrouvée avec un trait accroché à la souris et j'ai recopié du mieux que j'ai pu le dessin de cycloïde, telle Saint-Ex dessinant son mouton. Mais après, impossible de me défaire de ce putain de trait, d'où gribouillis informes sur la page. Je crains de n'avoir aucune autorité sur les traitements de textes. Communiquer avec un être humain, déjà c'est pas toujours facile, avec un autre vivant style animal pas gagné non plus, mais alors avec ces machins informatisés, Dieu me binarise, ça excède mes capacités. Bref j'ai fermé le fichier en n'enregistrant surtout rien de façon à désintégrer les gribouillis. Et maintenant va falloir que je me débrouille de vous décrire ces fichues courbes avec des mots. Cela dit c'est ce que fait Guillevic ...

Bref la différence qu'il fait entre sinusoïde et cycloïde c'est que celle-ci alterne hauts et bas de façon heurtée, genre le tracé du rebond d'une balle, alors que la sinusoïde est une ondulation harmonieuse comme les vagues d'une mer calme. D'où la réponse de la cycloïde aux plaintes de la sinusoïde sur le thème « ma pauvre fille si tu étais à ma place, être cycloïde c'est pas donné aux petits bras dans ton genre, alors écrase ».

Euclidiennes est ainsi très réussi sur le plan du montage, de l'enchaînement des poèmes/images. Autre exemple la séquence des triangles, enchaînement cinétique en anamorphose digne d'un dessin animé.

Triangle scalène

Bon pour danser/ Virevolter/ Sur ma base, sur mon sommet/ Sur mes côtés, mes autres angles./ C'est que je suis toujours/ Agité, tiraillé/ Par des angles, par des côtés/ Assemblés au hasard/ Et sans égalité.

Triangle isocèle

J'ai réussi à mettre/ Un peu d'ordre en moi-même./ J'ai tendance à me plaire.

Triangle équilatéral

Je suis allé trop loin/ Avec mon souci d'ordre./ Rien ne peut plus venir.

Et pour finir en beauté l'évocation d'Euclidiennes, ces vers de Pyramide :

Nous, figures, nous n'avons

Après tout qu'un vrai mérite

C'est de simplifier le monde

D'être un rêve qu'il se donne.

09:52 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.