Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/03/2015

A présent

« Ils sont morts tous les dieux ; à présent nous voulons que le surhumain vive, - telle soit un jour au grand midi notre dernière volonté. »

(Ainsi parlait Zarathoustra. De la vertu qui offre)

 

Après ce long détour (le mot détour a-t-il un sens quand le chemin consiste à marcher ?) retrouvons la citation initiale (cf note du 13 mars) Nous pouvons à présent en cueillir le fruit.

 

1 Concevoir le surhumain nietzschéen sur le modèle d'un révolutionnaire, un héros qui chercherait à détrôner et éliminer un dieu-despote, c'est avouer implicitement qu'on a pour valeur essentielle le pouvoir. Et que si le dieu nous gêne c'est juste qu'on voudrait, soi, être dieu. Calife à la place du calife.

Le surhumain version bagarre de cour de récré, le surhumain « c'est moi qui ai la plus grosse » qui fait de toute éternité les bons phallocrates des familles. ('phallo' injure des années 70 … On dirait qu'il y a des siècles).

Version qui dans la foulée fait les totalitaires y compris de toutes les religions y compris athées. Et c'est corrélativement faire à Nietzsche l'injure de le voir comme un bourrin qui n'aurait pas compris ça : « Nul ne pourra percevoir correctement ce que je veux à moins de mettre un soin extrême à ne pas confondre la puissance de Dieu avec la puissance humaine des Rois ou leur droit. » (Spinoza, Ethique II, scol prop 3)

 

2 Ils sont morts tous les dieux (ainsi conçus) est un constat simple et lucide (dans la lumière du grand midi). Il peut devenir le point de départ pour fonder une éthique. Les dieux ne sont pas morts parce qu'ils auraient été tués (même s'il est vrai que Nietzsche se vante un peu par ci par là de l'avoir fait – c'est humain) : ils sont toujours déjà morts, ces dieux-là, rien d'autre que des choses mortes, c'est à dire sans vie ni réalité. Des baudruches, des idéaux parfois positifs parfois négatifs, mais toujours imaginaires.

Il n'est d'éthique que dans l'immanence, c'est à dire à partir des humains et d'eux seuls, parce qu'il sont réels et qu'en eux la vie a lieu (même si pour chacun c'est durant un temps bref ...) La vie a lieu d'être dans l'humain, mais il est des endroits et des moments où les humains la traitent en étrangère, en immigrée, en persona non grata. Insensé, non ?

 

3 Dire vive le surhumain c'est dire : être vraiment humain, pas gagné mais jouable. L'humain on n'y est pas c'est pas un scoop, mais essayons encore de le laisser émerger. Appel à insurrection d'humanité en elle-même : ainsi je comprends ce vive l'Über-mensch.

Encore faut-il que telle soit notre dernière volonté. Dernière, c'est à dire déterminante. Le choix résolu de devenir ce que nous sommes.

 

4 Euh bon maintenant : yapluka.

Comme dirait Zarathoustra.

10:26 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.