Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/09/2015

Sept

Facile à écrire donc le 7, d'après 100% des hommes sondés dans le cadre de notre récente enquête. Mais il a d'autres atouts dans son jeu.

Pas côté jeux de cartes, cependant, où il fait plutôt dans la médiocrité. Sauf au Nain Jaune je vous l'accorde mais globalement être sept c'est moins valorisant qu'As de Pique. Mais ne me lancez pas sur les cartes je suis intarissable. Il m'arrive encore comme au temps de mon enfance de comparer les couleurs, en leur assignant des associations personnelles.

 

Carreau est ma préférée, couleur pour moi de l'activité et de la création (va savoir pourquoi ?) Cœur à qui j'ai une relation ambivalente, ce qui n'étonnera pas Papa Sigmund (au fait pourquoi il dit plus rien ? J'ai dû finir par le vexer). Couleur rouge, majeure au bridge : deux bons points. En revanche les figures de cœur sont d'une mochitude indécente vu leur responsabilité du point de vue de la passion & du romantisme.

Trèfle j'ai un vieux compte à régler avec lui vu mon rapport calamiteux à l'argent, et surtout au fait d'en gagner. Raison pour laquelle je me réjouis qu'il soit la plus faible couleur au bridge. Comme quoi la justice distributive c'est pas des blagues. Réconfortant, non ?

Pique c'est la classe y a pas à dire, les figures de Pique sont les plus belles, en plus le logo est issu de la fleur de lys. Mais au fond je trouve qu'il se la joue trop, avec ce côté grand jeu mélancolique, la Mort en filigrane tout ça. La Dame de Pique n'est pas sans m'évoquer Callas dans la Médée de Pasolini. D'ailleurs la preuve elle s'appelle Pallas. Pallas = Callas + P(asolini) CQFD.

 

Pour en venir aux titres de gloire, 7 peut se prévaloir des péchés capitaux (et consécutivement du film Seven : Brad Pitt, Morgan Freeman, et cerise sur le gâteau le charme très As de Pique de Kevin Spacey). Des 7 merveilles du monde. Tiens ce serait un jeu marrant d'associer une merveille et un péché.

Style paresse avec jardins suspendus de Babylone, orgueil avec Colosse de Rhodes. Statue de Zeus de Phidias avec colère (orage foudre et éclair). Luxure avec le temple de Diane la chaste déesse (par conséquent support d'un max de fantasmes). Envie avec le tombeau de Mausole (couple fusionnel jalousie tout ça). Avarice avec les pyramides d'Egypte (leur forme de coffrets, sans compter les feuilles d'or par ci par là sur les momies ou quoi que ce soit).

Restent le phare d'Alexandrie et la gourmandise. Là c'est moins évident. Sauf à imaginer le gardien du phare se bourrant de loukoums par boulimie affective dans sa solitude.

 

Sept c'est aussi, surtout, la semaine. Rituel retour des jours, domestication de l'angoisse devant le temps qui file, maîtrise de l'agenda. Un chiffre idéal pour les profils obsessionnels. Oui finalement, si je n'avais pas partagé tant de temps et d'émotions avec 8, ce serait bien tentant le 7.

 

Sans compter que c'est super facile à écrire.

09:21 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.