Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/11/2015

De bon foie

 

Dilemme n°2 : Fromage ou dessert ?

Que vient faire cette question bête quand tant de graves et d'essentielles nous assaillent en ce moment ? Ah lecteur, si je pouvais apporter des réponses ! Mais voilà. Alors je continue, contre le poison du sentiment d'impuissance, contre la laideur de la méchanceté, contre la pesanteur de la connerie, à user de mon antidote personnel, la légèreté. Tel est mon conatus (dirait Spinoza), ma façon de tenir bon dans l'appétit de vivre. Fromage ou dessert, donc.

D'accord je ne suis pas allée le chercher trop loin celui-là, dans le genre valeur sûre au pays de la gastronomie. Mais fût-ce pour proposer un sujet de dilemme, pourquoi se casser la tête ?

Oui mais légèreté ? Ni fromage ni dessert ne sont légers de fait. S'ils le sont, c'est qu'ils sont allégés. Exemple le fromage allégé, plâtreux et sans subtilité. En effet le gras me suis-je laissé dire permet aux saveurs de s'exprimer. Un peu comme les harmoniques donnent au son sa profondeur. Me suis-je laissé dire dis-je : j'avoue peu pratiquer le gras pour ma part. Faiblesse de foie sans doute, en tout cas il figure en place honorable dans la liste de mes phobies.

Mais je ne pratique pas davantage l'allégé. Contestable sur d'autres plans que celui du goût, vous le savez en consommateurs avertis que vous êtes. Exemple j'ai toujours trouvé aux yaourts 0% un goût et une consistance déplaisants. Or mes papilles n'erraient pas trop sur ce coup-là car les laitages à 0% sont rendus (prétendument) moelleux par adjonction de gélatine de porc. Beurk beurk.

L'édulcorant n'est pas un must gastronomique non plus. Goût exagéré, indécent, exhibé, non exactement de sucre, mais de sucré. Re beurk beurk. Voilà qui révèle un certain mépris pour les gens qui aiment le sucre.

Un peu comme si à ceux qui goûtent la littérature romantique & sentimentale on déconseillait par exemple La Nouvelle Héloïse en proposant à la place ces machins saturés de mièvreries qui encombrent les librairies.

Le sucre m'écoeure autant que le gras, et je trouve La Nouvelle Héloïse indigeste (lisons plutôt les Confessions sans modération, voire Du Contrat social si on est porté sur les régimes). Mais je m'en abstiens, c'est tout. Car n'allez pas croire que je sois payée par le lobby du sucre pour taper sur les édulcorants. Si vous craignez (à juste titre) les dégâts du sucre sur votre ligne et/ou votre santé, le plus simple est encore de ne pas ou peu sucrer, non ?

Dieu me déguste ce blog mène à tout. J'ai l'impression d'avoir écrit une plaquette de prévention de l'obésité pour le Ministère de la Santé. Au service duquel (et contre les multinationales de l'agroalimentaire par la même occasion) je signale à qui de droit que je ne rechignerais pas à mettre ma plume. Marisol si tu me lis.

Une plume que, si on me le demandait gentiment, j'offrirais également aux ministères de l'Educnat et de la Culture, dans le cadre d'un Plan de Prévention des Risques Majeurs de Connerie & Méchanceté Induite.

Pour ma part je me sais atteignable aussi par le virus, mais je me soigne.

 

09:04 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.