Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/01/2016

Illumination

 

Résolution n°5 : Dire « lampion » une fois par jour.

 

Baroque ? Stupide ? Bizarre ? Pourquoi faire ce genre de truc ? Selon quelle motivation, dans quel but ? Quis quid ubi cur quomodo quando ? (Auriez-vous ajouté si vous fussiez venu et eussiez vu, à condition naturellement que vous vous nommassiez César Jules).

Le projet de dire lampion une fois par jour est totalement idiot, d'accord. Mais ne me faites pas croire que vous n'agissez que dans la rationalité la plus pesée et la motivation la plus justifiée. Eh bien pour moi c'est pareil voilà.

Et à tout prendre, le choix de laisser libre cours à son irrationalité et de déverser sa stupidité en des actes anodins qui ne font de mal à personne est-il si déraisonnable ? Y en quand même beaucoup qui pourraient en prendre de la graine, non ? Je pense qu'il est inutile que je développe des exemples.

Ceci posé, je veux bien tout de même éclairer votre lanterne plus avant sur les tenants et aboutissants de cette résolution.

Elle se décompose en deux étapes.

1 Décider de leitmotiver un mot.

2 Choisir pour ce faire le mot lampion.

L'étape 1 dénote un goût de la répétition qui peut être interprété comme :

a) un reste infantile. « Maman, tu me racontes l'histoire des porcs-épics ?

Encore, Toto ! Mais c'est une idée fixe ! Tu veux pas l'histoire des mecs dans la caverne, pour changer ? Ou du garçon de café qui se prenait pour un garçon de café ? Ou de Zarathoustra qui ...

Nan ! Veux les porcs-épics, na ! (sur l'air des lampions) Porképic porképic ! »

b) un TOC pour cadrer un TAG rebelle.

« Bon alors lampion lampion lampion. Je le dis 3 fois comme ça je peux oublier pendant 3 jours, euh non 2. Bon je recommence ... »

c) les premiers signes d'une démence sénile, telle la répétition obstinée de tel récit, tel le rappel incongru et constant d'un même fait perdu dans le passé.

« Je t'ai déjà raconté qu'on avait décoré tous les arbres du jardin avec des lampions pour le retour de ton grand père ?

Euh non Mamie, je crois pas, raconte ... »

N.B. Les hypothèses a b et c ne sont évidemment pas incompatibles.

 

Quant à l'étape 2, la question du choix du mot lampion :

Comme je compulsais un livre en papier bible (oui c'était mon Robert)

Je ne me sentis plus les mots trop rigoleurs (ça arrive aux meilleurs)

Alors tout guilleret fêtard insubmersible (et un peu ivre pour tout dire)

Sur la page « lampion » fit briller ses couleurs.

 

Illico je l'adoptai.

 

 

 

 

09:22 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.