Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2016

Herem

 

Colerus consacre plusieurs pages au récit de l'exclusion de Spinoza par la Synagogue. On comprend que ça intéresse un pasteur luthérien pour raisons de boutique. Mais pour nous, que dit cet épisode ?

Le fait massif est que Spinoza n'attachait pas vraiment d'importance à ces questions de communautés. Ni rejet hystérique ni besoin angoissé d'appartenance.

Colerus note, avec dépit mais note quand même car il est honnête, que, prenant ses distances avec la Synagogue, Spinoza n'a pas pour autant

« embrassé le Christianisme, ni reçu le saint baptême. Et quoi qu'il ait eu de fréquentes conversations avec quelques savants Mennonites, aussi bien qu'avec quelques personnes les plus éclairées des autres Sectes Chrétiennes, il ne s'est pourtant jamais déclaré pour aucune, & n'en a jamais fait profession. »

Les chapelles (limite sectes au sens actuel) pullulaient comme des mouches autour de lui, suscitant j'imagine son intérêt entomologiste. Une mine à notes pour son TTP (cf Bible et Bornés & Bourrins).

Quand il commença à dire sa façon personnelle de penser dans le cadre de la Synagogue, il y eut en gros deux réactions.

1) « Tu dis comme nous ou on te casse ». Au figuré, s'entend. En fait, au propre aussi (si l'on peut dire) : un religieux genre allumé l'agressa genre horreur tu blasphèmes.

Ah c'était pas une époque facile pour la liberté d'opinion. Heureusement qu'auj... euh ...

2) « Les Juifs lui offrirent une pension peu de temps avant sa désertion pour l'engager à rester parmi eux, sans discontinuer de se faire voir de temps en temps dans leurs Synagogues. »

Bon OK on te garde comme caution vu ton statut international d'intello, juste tu fais pas de vagues. Option pour renards malins. Pourquoi pas : il y a des points communs entre renards et araignées.

Mais non.

« Quand ils lui eussent offert dix fois autant, il n'eût pas accepté leurs offres, ni fréquenté leurs assemblées par un semblable motif ; parce qu'il n'était pas hypocrite, et ne recherchait que la Vérité ».

Comme avec Fabricius. Mêmes causes mêmes effets.

Cohérent avec sa devise Caute, pourvu d'un conatus comme vous et moi, Spinoza refusa de mettre en péril sa tranquillité voire sa vie, et tout autant sa liberté.

Il s'éloigna donc sur la pointe des pieds, espérant qu'on lui lâcherait les baskets.

« L'homme libre montre la même Vaillance ou présence d'esprit à choisir la fuite qu'à choisir le combat ». (Éthique Partie 4 corollaire prop 69)

(A noter dans votre mémo SOS philo).

Or les religieux détestant perdre la face et le pouvoir qui va avec, ce qui devait arriver arriva.

« Il s'était à peine séparé des Juifs et de leur communion qu'ils le poursuivirent juridiquement selon leurs lois ecclésiastiques et l'excommunièrent ».

On proposa l'exclusion temporaire (herem), avec possibilité de réintégration si amende honorable. On devine la réponse. Mais je vous rassure il resta poli.

Ce fut donc le grand anathème, l'exclusion définitive. Il exprima ses regrets, toujours aussi poli.

Et satisfit désormais son goût de la transparence par le moyen qui restait à sa portée, le polissage de lentilles.

 

 

10:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.