Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/08/2016

Pas gênée

Dans les files d'attentes il y a beaucoup de vieux.

C'est au demeurant facile à comprendre, c'est statistique. Le vieux pratique peu les courses dématérialisées et autres démarches administratives sur la toile, et par conséquent squatte en nombre les files sonnantes et trébuchantes.

Je veux dire les files réelles, assommantes et oui, trébuchantes c'est pas exclu non plus. Le croc en jambe, ça existe.

Si vous ne vous êtes jamais trouvé, dans une file d'attente, à proximité immédiate de certains vieux, spécialistes en rabatjoïsme (et ils ne sont pas rares dans les locataires du haut de la pyramide schématisant la population, je dois l'avouer bien que je sois leur voisine de palier sur ladite pyramide), alors vous n'avez pas encore eu une anticipation sérieuse de l'enfer.

En outre voilà des spécimens d'une irrationalité totale. Il ont beau avoir un pied dans la tombe, n'importe où qu'ils soient ils veulent avancer plus vite que la musique et doubler tout le monde. Étonnant non ?

Autre étonnement. Ces pékins n'ont rien à faire de leurs journées, et en plus ils font tous les jours ce même rien dans le même ordre. Eh bien cela ne les empêche pas de décider d'aller faire leurs courses style le samedi après-midi à 16h. 

J'émets l'hypothèse que c'est pour faire comme les jeunes et/ou ceux qui bossent, donc inconsciemment nier leur propre décrépitude et inutilité sociale. Plus consciemment, c'est pour râler contre les jeunes, râler et plus si affinités.

Ce qui s'appelle joindre l'utile au plaisant.

Exemple l'autre jour à la caisse du supermarché. L'expectant devant moi, un tout jeune homme probablement natif du début de ce siècle, soulevait son panier pour le poser sur le tapis roulant, lorsque se pointa sans crier ... enfin d'un coup, une femme, probablement issue, elle, de la même décennie du siècle dernier que moi.

Et hop l'air de rien, yeux dans le flou artistique, technique du pied dans la porte, ses 30 yaourts 0%, son PQ et ses 3 bananes coiffent au poteau (enfin au tapis) les pizzas et les sodas du jeune.

Il reste cool. Se contente de dire mezza voce : « Pas trop polie, la dame ». Non sans m'adresser un sourire, à moi. Nonobstant mes cheveux blancs et autres signes extérieurs de non-jeunesse.

J'y vis la preuve qu'il ne m'inscrivait pas dans la case vieux cons chieurs. Ce qui me réconforta je l'avoue. Et m'autorise à fonder quelque espoir sur la valeur de cette tranche de la population, la tranche non rassise.

 

 

 

 

10:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.