Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2017

Binômes

 

Il est des proverbes qu'on peut faire aller par deux. Tellement on dirait qu'ils se donnent la réplique : 

 

« Aux grands maux les grands remèdes. »

« Mieux vaut prévenir que guérir. »

 

- Alors, Docteur, comment ça va ?

- Très bien merci.

- Non, je voulais dire : comment ça va, moi ?

- Eh bien Monsieur Machin puisque vous me posez la question : votre état s'est sérieusement dégradé, va falloir envisager un traitement sérieux itou. Comme on dit : aux grands maux les grands remèdes.

- Mais, Docteur, je ne comprends pas ! La dernière fois vous m'avez dit vos examens sont parfaits, vous nous enterrerez tous allez ! Et là vous parlez de me fourguer un remède de cheval ?

- C'est normal que vous regimbiez, mais j'y peux rien moi. Faut croire que votre état a opté pour la politique du pire.

- Comme ça ? D'un coup ? Vous avez rien vu venir ? Et le principe de précaution alors ? Mieux vaut prévenir que guérir, vous savez ça ? Vous avez rien prévenu du tout.

- Il n'est pas dit qu'on puisse vous guérir non plus. Mais rassurez-vous j'appliquerai au moins la devise d'Hippocrate : d'abord ne pas nuire.

 

Et en rapprochant ces deux-là :

 

« Qui vole un œuf vole un bœuf. »

« Qui peut le plus peut le moins. »

 

Ça a plus ou moins l'air de dire qu'il est plus difficile de voler un œuf qu'un bœuf. Et c'est pas faux. Ça dépend quel œuf et quel bœuf. Tout est là.

Personnellement il me semble que je pourrais me débrouiller de voler un bœuf.

Naturellement il faudrait que je prenne mon courage à deux mains parce que ça fait partie des animaux qui me font peur. Faudrait un bœuf pas trop gros, surtout les cornes.

Cela dit un bœuf est moins menaçant qu'un taureau. Heureusement que le proverbe ne dit pas qui vole un pruneau vole un taureau, là on était mal.

Faudrait encore sauter par dessus la barrière électrifiée qui délimite le pré. Bref c'est pas gagné. Mais ça reste jouable.

 

Quant à voler un œuf ?

Dans une crèmerie, sur un marché, je dis pas : yes I cane. Car en général j'inspire confiance aux commerçants (curieusement la réciproque n'est pas vraie).

Mais je ne pense pas que voler un œuf de Fabergé soit dans mes compétences. 

D'ailleurs je vois pas pourquoi je le ferais : je trouve ça très très moche.

Et pour voler un oeuf de dinosaure, faudrait que j'aie vraiment très très faim.

 

 

09:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire