Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/03/2017

Ma chandelle est morte

 

« Le jeu ne vaut pas la chandelle. »

 

Tiens oui au fait parlons-en. Voilà une phrase qui prouve une fois de plus que les concepteurs de proverbes sont rares à être aussi résolument positifs que Schopenhauer. (cf ce blog 3 février)

Portons ici un diagnostic sans appel : nous avons affaire à un aquaboniste immobiliste passif agressif.

En effet quel est le ressort dramatique qui caractérise ce type de personnage ?

Une avarice psychique précautionneuse, soupçonneuse.

Il s'économise, ne comptant que sur lui-même.

Aimer ? Oui mais. À condition de tomber sur l'oiseau rare.

Agir ? Oui mais. À condition qu'il n'y ait pas trop de risques, un minimum à investir pour un maximum à gagner.

La vérité c'est qu'il se raconte des histoires : l'investissement il ne le fera jamais. Le risque il le laisse aux autres.

En savourant par avance le spectacle de leur échec. Car il ne voit pas comment ils réussiraient là où il est sûr d'échouer.

Derrière ce masque de défiance, la peur. L'aquaboniste marche (ou plutôt ne marche pas) à la peur.

Peur que son désir ne l'emmène trop loin. Vers des rebondissements inattendus. À la rencontre de personnages étranges ou étrangers.

Il s'emploie à se défendre de tout frisson d'émerveillement devant l'apparition d'un deus ex machina. Il ne risque pas de se laisser aller de bon cœur à rire. Ni à pleurer.

Il a surtout peur d'être pris en flagrant délit de naïveté. D'enfantine aptitude à la joie et à l'espoir.

 

Bref qui trouve que le jeu ne vaut pas la chandelle prouve qu'il est mauvais joueur au jeu de la vie.

Et par corollaire mauvais public.

Il n'a plus comme choix que de se reconvertir dans la critique :

 

« La pièce de M. Molière, outrancier fatras d'inepties, en outre mal interprétée par de mauvais acteurs, est assurément de celles dont on peut dire : le jeu ne vaut pas la chandelle. »

Signé Harpagon-Tartufe

 

 

 

10:37 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.