Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2017

Chat perché

 

« Chat échaudé craint l'eau froide. »

 

On remarquera d'abord que ce proverbe ne prend pas beaucoup de risques en nous balançant cette affirmation, vu que les chats n'aiment pas l'eau de toutes façons.

Cependant cette phrase est pleine de ressources.

 

Elle pourrait faire le slogan astucieux d'une pub pour mitigeurs.

Étonnant que personne n'y ait songé. Faut dire que la pub est un monde par définition conformiste. Et donc on n'y connaît que l'eau déjà tiède.

 

On pourrait aussi la moduler de bien des façons. Par exemple tenez :

Dans un style plus frappant, plus grandiose.

Dinosaure écrabouillé craint petits galets.

Pour une prise de conscience écologique.

Champ monsanté craint même semis bio.

En commentaire de l'œuvre de Schopenhauer.

Porc-épic trop piqué craint aussi sa poupée.(cf ce blog 26 et 29 déc 2016)

 

Mais il y a surtout à remarquer que ce proverbe, construit, comme autour d'un pivot, sur le verbe craindre, constitue la devise idéale du phobique (phobos = peur).

Allez oui tiens, puisqu'on y est, n'évitons pas ce sujet de la phobie. Histoire de passer un bon moment, y en a pas tant.

 

La phobie est une névrose vraiment à part, dit Lacan. (Outre que le phobique passe son temps à se mettre à part de plein de trucs).

Toute névrose qui se respecte a pour matériau brut une angoisse qu'elle jugule en l'exprimant par des symptômes.

Ainsi rites et obnubilations de la névrose obsessionnelle tentent de cadrer l'angoisse, de lui baliser des chemins.

Somatisations et histrionisme de la névrose hystérique la convertissent en spectacle bruyant. 

Mais dans la phobie, l'angoisse à l'origine de tout symptôme devient elle-même le symptôme.

Le phobique n'est que peur. La peur est sa constante, le fondement de son rapport au monde.

L'expression de la peur peut papillonner d'un objet à l'autre, ou même en combiner plusieurs.

Mais ce qui est sûr, c'est que les objets phobiques ne sont pas aptes à remplir la fonction de réduire l'angoisse, comme les symptômes des autres névroses.                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          Ils ne sont aptes qu'à diffracter comme en un arc-en-ciel l'angoisse vide, blanche, transparente.

Cette chose invisible mais par laquelle seule on voit le monde.

 

C'est pourquoi Lacan dit fort joliment que l'angoisse est « le cristal signifiant de la phobie ». 

 

09:33 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire