Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2017

Si on dansait

 

« Mieux vaut encore, pour vivre à son aise, éviter l'action qu'y prendre plaisir et, pour préserver son intégrité, ne pas avoir d'aptitudes qu'en avoir beaucoup. »

Hong Zicheng (Propos sur la racine des légumes II, 2)

 

Voilà qui m'évoque la fameuse boutade de Keynes rétorquant aux objections aquabonistes devant ses propositions « C'est vrai que de toutes façons à moyen terme on sera tous morts ».

Éviter l'action et d'y prendre plaisir : double renonciation, double négation de l'énergie et du dynamisme. Se boucler à double tour, que ce soit dans une tour d'ivoire, une cellule monastique, ou même le tonneau du cynique.

Préserver son intégrité, sa pureté en renonçant à faire quoi que ce soit. Et si par hasard on agit, mettre en œuvre aussi peu d'aptitudes que possible.

Je vois bien le prof disant à l'élève : « ouh là petit, surtout cultive pas trop tes aptitudes, hein, tu y perdrais ton intégrité, pauvre chou. »

Ce serait comme je sais pas moi un genre d'imam ou quoi que ce soit disant à une femme : « ne te mêle de rien, ma fille (soeur, femme), il faut préserver ta pureté. » Quand on dit intègre l'intégrisme n'est jamais très loin. Et la dévitalisation qui va avec.

Hong ne va pas jusque là. Et la sagesse orientale a ses qualités, soit.

Zénitude, acceptation des choses comme elles sont, pas de révolte inutile, relativisation de ses petits soucis en les replaçant dans un cadre universel et intemporel … Oui oui.

Mais il y a un revers à la médaille : c'est une sagesse immobile. Comme revenue de tout. Sauf que souvent elle y est même pas allée.

En tous cas c'est ce que je ressens à la lecture de cette phrase de notre Hong.

Beaucoup de philosophes occidentaux ont flirté avec la sagesse orientale. Mais après s'en être nourris, l'avoir digérée, y en a qui plutôt que piquer un roupillon post-prandial, se sont remis en mouvement, ont repris la route de crête philosophique.

Oui Nietzsche par exemple.

Suivant Schopenhauer, il s'est intéressé au bouddhisme. Mais à un moment il a discerné la pulsion de mort derrière certaines recherches nirvanesques de calme plat.

Alors, à la sagesse immobile et ses assurances, il a préféré l'élan du danseur de corde.

 

 

 

 

 

 

08:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Evidemment, en ne faisant rien du tout, on ne risque pas de mal faire.
Quoique...

Écrit par : clodoweg | 07/06/2017

Les commentaires sont fermés.