Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/09/2017

Le bébé avec l'eau du bain

Un jeune enfant dans l'eau se laissa choir en badinant sur les bords de la Seine.

Il se raccroche à un saule dont le branchage, après Dieu, le sauva. (Joli, non ? JLF manie l'implicite desprogien comme personne).

Un vieux maître d'école passant par là, le gamin l'appelle à l'aide. Le prof se lance alors dans une diatribe à contre temps : ce gamin est trop con, je plains ses parents qui doivent non seulement le supporter mais tenter de l'éduquer.

Et puis que fait Anne Hidalgo pour protéger les bords de Seine, hein ? (À moins que ce ne soit ailleurs qu'à Paris dans l'île de France, auquel cas au temps pour moi c'est à Valérie Pécresse qu'on doit s'en prendre).

Bref ce genre de choses.

Je vous rassure il finit par sortir l'enfant de ce mauvais pas.

 

Ouf ! Imaginez : le gamin se noie, résultat le mec est accusé de non-assistance à personne en danger, résultat la famille réclame des dommages et intérêts pour la perte affective (OK il était con mais c'était leur môme quand même), résultat l'avocat du prof contre attaque en se retournant contre la mairie de Paris (ou la Région Île de France) qui a négligé de mettre des garde-corps sur la promenade des bords de Seine.

On n'était pas sorti de la guinguette. Et à tous les coups on dépassait le format fable.

 

La Fontaine se contente de ceci :

Je blâme ici plus de gens qu'on ne pense (et on pense aux mêmes tu crois ?)

Tout babillard, tout censeur, tout pédant (c'est ça : le genre qui parle pour ne rien dire en se grisant de mots, trouve que les autres ne font jamais comme il faudrait car y a que Lui Soi-Même qui sache, et fait la leçon à tout propos)

En toute affaire ils ne font que songer

Aux moyens d'exercer leur langue (et de ramener leur fraise).

Hé ! mon ami, tire-moi de danger

Tu feras après ta harangue (moi, une fois hors d'eau, aussi sec je me barre pour ne pas être submergé sous tes discours ineptes).

 

Sauf que tu sais quoi, mon cher La Fontaine, ton petit imprudent a eu de la chance dans sa malchance. Car la plupart de ces schnocks passifs-agressifs ne savent faire rien d'autre que ça : haranguer, censurer, pontifier.

Sots aux remontrances vaines, ils mettent toute leur vanité (et y a de quoi faire) à en remontrer aux autres.

Mais pour ce qui est d'agir ? Aider ? Faire leur part du boulot ?

Risquent pas.

Z'auraient trop peur qu'on découvre qu'ils sont beaucoup plus incompétents et stupides que ceux qu'ils passent leur temps à critiquer.

Ils préfèrent laisser le gamin se noyer. Bien fait pour ce p'tit con, qu'ils diront.

 

PS : la fable c'est L'enfant et le maître d'école. (livre I,19)

 

10:06 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire