Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/10/2017

Les pots potes

Relisant Le pot de terre et le pot de fer (livre V,2) je m'aperçois (comment l'avais-je oublié?) que les deux pots en question ne sont pas ennemis, ni en quelconque rivalité, mais au contraire bien copains.

Il est vrai que je ne suis pas la seule à me méprendre.

C'est le pot de terre contre le pot de fer : le genre de choses qu'on dit par exemple à propos du combat inégal d'une association de consommateurs contre telle malversation commerciale.

(Le genre de choses que l'on dit souvent, donc).

 

Cependant le fait que les pots soient amis déplace l'intérêt de la sociologie à la psychologie, et éclaire cette fable d'un jour bien plus tragique au fond.

Après avoir ramené Nietzsche la dernière fois, je m'en vais récidiver dans le radotage avec Schopenhauer. (Mais qu'y puis-je si JLF et moi nous avons décidément les mêmes références ?)

Cette fable c'est l'apologue des porcs-épics (cf ce blog 29-12-2016), mais en plus brutal.

Étonnant, non ? La Fontaine perruque grand siècle, légèreté, élégance, brillance et ironie. Schopenhauer cheveu gras romantique, spleen, mine blafarde, noir bon teint …

Et voilà que le plus pessimiste des deux n'est pas celui qu'on croit.

Bref, comme les porcs-épics, les pots cherchent à se rapprocher. Mais pas de bol, contrairement à deux porcs-épics qui ont des défenses semblables, nos deux pots sont inégaux sur le plan de la sensibilité.

Le pot de fer n'est pas méchant, mais il est d'un métal qui lui permet de tenir le choc en maintes circonstances. Si bien qu'il ne peut même pas concevoir que le pot de terre :

Il lui fallait si peu,/Si peu, que la moindre chose/De son débris serait cause.

Pot de terre/Mon cher ami/Et mon frère/Je t'ai compris (que je dirais si j'avais une perruque).

Le pot de terre se laisse cependant entraîner dans un voyage avec l'autre, malgré son appréhension.

Si quelque matière dure/Vous menace d'aventure,/Entre deux je passerai,/Et du coup vous sauverai,

qu'il dit le pot de fer. Oui mais voilà

L'un contre l'autre jetés/Au moindre hoquet (cahot) qu'ils treuvent, ils n'arrêtent pas de se heurter. Et crac ce qui devait arriver arriva.

En cette affaire/Et d'aventure/Le pot de fer/Fut le coup dur (que je conclurais sous ma perruque).

 

Moralité ? Dans les rapports humains, et d'autant plus qu'ils sont proches, c'est toujours le plus sensible qui paye les pots cassés.

Moralité bis : à sa phobie le pot de terre aurait dû ajouter la paranoïa.

Là il était blindé.

09:35 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.