Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/02/2019

Ces qualités sont communes

À l'égard des élections du Prince (gouvernement exécutif) et des Magistrats qui sont, comme je l'ai dit, des actes complexes, il y a deux voies pour y procéder ; savoir le choix et le sort. (IV,3 Des Élections)

Que ce soit le choix, que ce soit le sort, dans l'un et l'autre cas, il faut surtout savoir comment on fait. Et ça, pour être complexe, c'est complexe.

 

Option choisir (élections classiques)

1) qui choisit : les hommes seuls ou les femmes aussi, à partir de quel âge, faut-il avoir la nationalité du pays ou pas nécessairement etc. ?

2) comment : par acclamations (cf note précédente, aujourd'hui par l'audimat ou la popularité sur les réseaux sociaux) ? Sinon, vote rendu public ou restant secret ? En quel lieu voter ? Avec quels scrutateurs ? À la majorité ? Simple, qualifiée ? À la proportionnelle ? Intégrale ou pas ?

3) dans quel groupe ? Un panel de différents groupes sociaux ? Selon quels paramètres : profession, richesse (et alors comment contrôler ce que les gens en déclarent), niveau d'études, label de vertu, âge, sexe ? Parmi les membres de partis, d'associations ?

Et si le pays est plus grand que par exemple au hasard un petit canton suisse, le groupe des candidats potentiels sera large, comment les connaître tous un minimum pour voter un tantinet rationnellement ?

 

Option tirage au sort

Même questions qu'au 1 supra.

Le 2 se pose moins a priori. Quoique ? En pointant sur une liste ? En fermant simplement les yeux, ou avec un bandeau ? Jeter les dés ?

Mêmes questions 3, ici les plus cruciales.

 

Comment Rousseau envisage-t-il les choses ?

Les élections par sort auraient peu d'inconvénient dans une véritable Démocratie où tout étant égal, aussi bien par les mœurs (modes de vie) et par les talents que par les maximes (principes) et par la fortune, le choix deviendrait presque indifférent. Mais j'ai déjà dit qu'il n'y avait point de véritable Démocratie.

Tu l'as dit. Ce pays de parfaite égalité et unanimité, ça se trouve pas sous le sabot d'une vache suisse.

Bref là encore il propose un système mixte.

Quand le choix et le sort se trouvent mêlés, le premier doit remplir les places qui demandent des talents propres, telles que les emplois militaires ; l'autre convient à celles où suffisent le bon sens, la justice, l'intégrité, telles que les charges de judicature ; parce que dans un état bien constitué ces qualités sont communes à tous les Citoyens.

Oui, enfin. Tout est dans le bien constitué

 

08:39 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.