Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/05/2019

Me too

La femme comptait aussi longtemps qu'elle simulait la pudeur et la réserve. De quelle déficience elle fait preuve en cessant de jouer le jeu ! Déjà elle ne vaut plus rien, puisqu'elle nous ressemble. C'est ainsi que disparaît un des derniers mensonges qui rendaient l'existence tolérable.

Cioran (Aveux et anathèmes)

 

Non il rigole, les filles.

Humour pince sans rire, provocation (telle est mon interprétation). Cioran est négatif dépressif misanthrope, plutôt misogyne oui, mais bourrin total je lui fais crédit que non (générosité féminine).

Exhibition caricaturale de phallocentrisme où l'on décèle en effet des indices de second degré.

La femme comme deuxième sexe, objet et non sujet, dans laquelle le mâle trouve un commode supplément d'existence (voir la magistrale analyse de la grande Beauvoir dans son livre insurpassable) : cette vision est ici retournée dans les termes simulait, jouer le jeu, mensonge.

Par eux, la déficience est implicitement présentée comme le fait de l'homme. Sans Ia femme qui le rassure sur son identité en exagérant sa différence, sur sa puissance en exagérant sa soumission, que deviendrait-il, pauvre petite chose ?

 

Si je préfère les femmes aux hommes, c'est parce qu'elles ont sur eux l'avantage d'être plus déséquilibrées, donc plus compliquées, plus perspicaces et plus cyniques, sans compter cette supériorité mystérieuse que confère un esclavage millénaire.

Supériorité mystérieuse : mystère est un mot bien commode quand on raconte n'importe quoi. « Expliquez-moi. Ah ben non c'est un mystère ».

Fait-il allusion à l'hasardeuse affirmation hégélienne comme quoi en fin de compte le maître est l'esclave de l'esclave ? (je caricature à peine) (comme je comprends Schopenhauer, moi aussi Hegel me donne des boutons).

Tout ça pour dire : les mecs, s'il y a que ça pour vous faire plaisir, on vous laisse l'esclavage et la supériorité qui va avec.

 

Déséquilibrées, compliquées : c'est çui qui dit qui l'est, M'sieur Cioran.

Perspicaces et cyniques : je lis dans ces mots la formulation (négative façon cioranesque) d'une relation plus directe à la réalité, un pragmatisme sans illusion qui est en effet souvent caractéristique des femmes.

Après tout, oui, peut être un rapport avec l'esclavage millénaire, l'aptitude longuement cultivée à survivre et préserver la vie.

 

09:41 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Son cynisme permanent, c'est son côté féminin...

Écrit par : andrée | 01/06/2019

Faut croire, oui, en bonne logique ...

Écrit par : Ariane | 02/06/2019

Les commentaires sont fermés.