Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2019

Raison d'état

« Lâche est celui qui évite la raison politique* ; aveugle, celui qui occulte son intelligence ; indigent celui qui a besoin d'autrui et ne possède pas en lui-même de quoi vivre. »

(Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même IV,29)

*politikon logon.

 

Cette lâcheté consiste à ne pas assumer sa condition d'animal politique, à se dérober aux responsabilités qu'elle implique.

Un exercice de responsabilité dont l'outil est le logos structurant la pensée et la parole. Outil par conséquent du débat démocratique (démocratique c'est moi qui le dis, Marco pensait sans doute davantage à sa raison de «despote éclairé») et d'une juste organisation sociale.

 

Si le citoyen occulte son intelligence, s'en remet à l'opinion sans chercher la réalité des faits, sans vérifier les dires, il laisse le champ libre, en lieu et place des fameux lion et renard de Machiavel, aux animaux politiques les plus louches.

Hyènes de tout poil, anguilles sous roche, caïmans de marigot, perroquets twitteurs …

 

L'indigent qui ne possède pas en lui-même de quoi vivre : s'agit-il d'indigence matérielle ou de manque d'assise intérieure propre ?

À ce second titre sinon au premier, nous sommes tous plus ou moins indigents. Indigence utile en tant qu'elle ouvre à l'apport de l'autre. Mais elle peut aussi conduire à se rassurer dans le conformisme.

Dans le contexte de la vie politique romaine, Marc-Aurèle sait que l'indigent, au plan matériel comme moral, est une cible facile pour les manipulations des démagogues clientélistes. (Nihil nove sub sole ? Je vois pas ce qui te fait dire ça, lecteur)

 

Bref la raison, en tant qu'elle est politique, incite à cultiver le sens de la responsabilité citoyenne, à exercer l'intelligence et la lucidité, à faire en sorte que chacun accède à son autonomie matérielle, culturelle, morale.

En somme à constituer une société d'irremplaçables (cf l'essai éponyme Cynthia Fleury Gallimard 2015).

 

Voilà voilà. Mais restons optimistes : le voyage de mille pas commence par un premier pas, dit le proverbe chinois.

Et il n'y a que le premier pas qui coûte. Quoique. On n'occulte pas la lucidité on a dit. Faut savoir que chaque pas coûtera un tant soit peu. 

 

08:28 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.