Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/04/2020

Iodlala jodlala

Dans mon Robert, je n'ai pas trouvé d'onomatopées en i ni j (non ce n'est pas un mot japonais). Ce qui s'en rapproche le plus est le verbe iodler ou jodler.

 

La tyrolienne, chant guttural, modulé, semble évoquer un cri d'animal (peut être est-ce son origine)

(faudrait que je demande à Karambolage cf Brrr).

L'animal serait un gibier à plumes bien sûr, vu que ce sont des plumes qui ornent le feutre du costume traditionnel. Et plus précisément des plumes de gallinacées.

La tyrolienne serait donc issue du chant d'une espèce de poule faisane (ou de poulet faisan), chassée au Tyrol.

 

On ne peut que louer duTyrolien le talent de musicien et le sens pratique.

Le iodlala joint l'agréable à l'utile.

Il offre le plaisir de se livrer à des acrobaties vocales, tout en remplaçant avantageusement l'appeau.

Un appeau, ça peut tomber de la poche de la Lederhose, se fêler, se boucher peut être. Le faisan sera-t-il appâté par un congénère qui a l'air d'être enrhumé, ou pire qui chante faux ?

 

Ainsi au Tyrol, le chasseur sachant chasser est un chanteur sachant iodler.

 

 

08:45 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.