Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/06/2020

(1/14) De l'art de conférer

Lectrice, lecteur, une fois de plus j'ai envie de relire avec toi un peu de Montaigne. Ouvrons donc le chapitre 8 du livre III des Essais, qui s'intitule De l'art de conférer.

Je précise d'abord : ce que Montaigne entend par « conférer » correspond à converser et/ou débattre.

À quoi sert de conférer d'une question, d'un problème ? À bien des choses en somme.

 

D'abord simplement au plaisir de l'échange lui-même.

Cela suppose que les participants fassent preuve de certaines qualités. Deux sont sine qua non : être de bon caractère (ou pas trop mauvais), et être prêt à apprendre en général, et apprendre de ses interlocuteurs en particulier.

 

Ensuite le débat sert à progresser dans la connaissance de la question qui en fait le sujet. Voire à tout découvrir de la question, de son domaine.

Ce peut être de manière gratuite et désintéressée, pour le plaisir de satisfaire sa curiosité intellectuelle.

Ce peut être de façon plus pragmatique, pour acquérir des connaissances dans le cadre d'une situation d'apprentissage, d'examen (ce qui n'exclut pas nécessairement le plaisir).

Ce peut être aussi parce qu'on a une décision à prendre, pour soi-même ou pour un groupe quel qu'il soit. Et jusqu'à la prise de décision d'ordre politique.

 

C'est ce dernier cas surtout qui m'a donné l'idée de relire De l'art de conférer.

Non que Montaigne y traite du mode politique de la conférence. Il ne le mentionne qu'en passant, allusivement. D'autres passages des Essais sont plus explicites et prolixes sur le sujet (avec parfois le récit de ses expériences personnelles).

On peut pourtant glaner dans ces pages matière à réflexion sur la qualité d'un bon débat.

 

Les conditions et la qualité du débat public, voilà une question vitale pour la démocratie. Ce n'est pas un scoop, mais j'ai vraiment réalisé à quel point en lisant le dernier livre de Pierre Rosanvallon Le siècle du populisme (Seuil 2020).

 

J'en dirai un mot la prochaine fois, en guise de prologue à notre petit parcours dans le chapitre des Essais.

 

08:43 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.