Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/06/2020

(2/14) Un sot abrégé

« Tout abrégé sur un bon livre est un sot abrégé » (Essais III,8 De l'art de conférer)

Montaigne a bien raison : il est sans intérêt de résumer un bon livre. Surtout s'agissant du travail aussi précis que nuancé de Rosanvallon (Le siècle du populisme), on perd trop de choses. Va lire ce livre, lectrice-teur. Ces quelques notes juste pour t'y inciter.

Le populisme est à voir comme une réponse à de bonnes questions révélant un réel désir démocratique. Mais ce désir est dévoyé* (par des manipulations volontaires et/ou par un déficit d'analyse de la réalité).

Malgré l'évidence des dégâts et menaces du populisme, il ne s'agit donc pas de faire la morale, dit Rosanvallon. Ce qui est en jeu (chez les citoyens sincères, pas chez leurs manipulateurs) n'est pas forcément une mauvaise volonté, une méchanceté.

En outre morale et politique étant d'ordre différent, on ne peut que les gérer chacune à son niveau, respecter un principe de subsidiarité en quelque sorte.

L'indignation envers les nuisances du populisme est légitime, mais ne pas faire l'erreur des opposants républicains à Napoléon III qui n'ont pas eu, dit Rosanvallon dans une remarquable formule, l'intelligence de leur indignation.

Oui il faut se faire intelligent, travailler à comprendre (en soi et les autres) les termes du désir dévoyé de démocratie, pour y chercher des réponses plus pertinentes, adéquates, plus justes en justesse et justice, que les simplismes populistes.

C'est un travail d'expertise collective. Il passe par la mise à disposition fraternelle (fraternité de la devise républicaine) de compétences culturelles (savoirs, aptitude analytique, argumentative) au service de toute la société, dont chacun est participant dans la même légitimité (égalité de la devise républicaine), même si les modalités de participation diffèrent.

D'ailleurs Rosanvallon affirme que le débat doit se nourrir aussi au premier chef de récits de vie (Idée du Parlement des invisibles).

 

Dans ma lecture j'ai ainsi été sensible à ce fil rouge : la démocratie n'existe que dans un débat qui ne doit jamais cesser, concerner toute la société, s'inscrire dans des modalités garantissant l'égalité et la liberté, se donner les moyens (sans cesse ajustables et révisables) de sa concrétisation.

La démocratie est incompatible avec l'idéalisme, l'immobilisme. Démocratie et fin de l'histoire : une contradictio in terminis.

Ni avènement marxiste de la société sans classes, ni TINA du néo-libéralisme.

Ni davantage règne du peuple essentialisé, anhistorique, ethnicisé, anti-universel, ce peuple fantasmé du populisme, dont un leader s'autoproclame l'incarnation.

La démocratie, comme le peuple citoyen, n'existent qu'en works in progress.

 

 

*Idée qui m'évoque la phrase de Rousseau « On veut toujours son bien, mais on ne le voit pas toujours : jamais on ne corrompt le peuple, mais souvent on le trompe, et c'est alors seulement qu'il paraît vouloir ce qui est mal » (Du Contrat social III,3 Si la volonté générale peut errer)

08:54 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

Intéressant, merci. J'ai cherché TINA par ailleurs et trouvé l'acronyme de Margaret Thatcher "Il faut tuer TINA" (pour info aux autres lecteurs non initiés ;-). Ouf pour mon pseudo.

Écrit par : Tania | 04/06/2020

Je clarifie, pardon.

Intéressant, merci. J'ai cherché TINA par ailleurs et trouvé l'acronyme de Margaret Thatcher : « TINA There Is No Alternative : il n’y a pas d’alternative. » dans la présentation d'Olivier Bonfond "Il faut tuer TINA" (pour info aux autres lecteurs non initiés ;-).

Ouf pour mon pseudo.

Écrit par : Tania | 04/06/2020

Oui j'aurais peut être dû préciser, mais j'ai tendance à faire confiance aux lecteurs pour chercher si besoin (ou est-ce un alibi pour ma flemme ?), et ça marche la preuve.
Quant à confondre ce TINA destructeur et vos partages de lecture si constructifs, aucun risque c'est sûr ...

Écrit par : Ariane | 04/06/2020

Les commentaires sont fermés.