Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/07/2020

(5/12) Millésime académique

Pour ce qui est de la nomination de la maladie, le terme le plus fréquent est covid 19, c'est à dire corona virus disease 2019. Une maladie provoquée par un coronavirus né en l'an de grâce 2019.

 

Les optimistes, qui voient toujours le verre à moitié plein, trouveront au terme un côté festif, avec son évocation subliminale du millésime d'un grand cru.

« Alors, ce covid 19, qu'est-ce que vous en dites ?

- Long en bouche, nez puissant, ample diffusion des arômes, présent, corsé : on peut anticiper une bonne garde. Mais un peu âpre, un peu trop tannant, euh tannique ... »

 

Les pessimistes écriront covide, accusant la rime avec verre à moitié vide. Difficile de leur donner tort, non ?

(Le pessimisme, malheureusement, a souvent plus d'arguments rationnels à faire valoir que l'optimisme, c'est triste mais c'est ainsi).

 

Certains disent juste le covid. Sauf que.

Les personnes à risque de l'Académie Française, qui apparemment n'avaient rien de mieux à faire de leur confinement, ou pour courir après l'actualité, genre on est dans le mouv' les gars (histoire de s'inscrire en faux contre la réputation naphtalinesque qui leur colle au bicorne), ont décrété qu'il fallait dire la covid.

J'avoue ne pas avoir approfondi leur argumentation. Même aux heures les plus lourdes du confinement je n'ai pas déprimé au point de n'avoir pour échappatoire que d'éplucher les minutes de leurs réunions virtuelles.

Mais en gros l'argument pour le féminin c'est que disease se traduit par une maladie. Sauf que : la peste mais le choléra, la dengue mais le chikungunya : va choisir …

 

Maintenant faudrait une étude pour voir si ceux qui disent la c'est parce qu'ils sont convaincus par nos vénérables bicornés.

Ou juste pour leur faire plaisir, comme quand, à la fin du repas, tout le monde feint de s'intéresser à l'histoire que Pépé a déjà radotée tout pareil au précédent repas de famille.

 

Perso je n'ai pas d'état d'âme philologique à dire le covid, tout simplement car c'est la coutume depuis les premières épidémies de ces coronavirus.

Et, comme dit fort justement Montaigne*, suivre une coutume (à condition qu'elle ne soit dommageable à personne évidemment), ça ne mange pas de pain.

 

* Oui je sais lecteur, moi aussi je radote. La faute à mon âge académique, sans doute.

16:53 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6)

Commentaires

En Belgique, bien des buveurs de bière préfèrent l'appeler le corona tout court.

Écrit par : Tania | 29/07/2020

Ici en Provence aussi. Mais on pourrait aussi bien dire le "pastis", ça conviendrait pas mal je trouve ...

Écrit par : Ariane | 30/07/2020

Il me semble que les présentateurs des chaines info ont tous à cœur de dire "la" Covid.
Ce respect de l'autorité les honore surtout quand on le met en regard des fautes d'accord des participes et de la confusion avec l'infinitif que l'on peut lire dans les "Breaking News".

Écrit par : clodoweg | 31/07/2020

Je suis sensible à l'argument sur le respect de l'autorité et sa potentielle valeur d'exemple dans les médias. La question de la tenue du langage est importante, c'est vrai, et contribue à la civilité d'une société. Dont acte, cher Clodoweg : je vais désormais dire LA covid.
Le respect de l'autorité rejoint pour moi en ce moment la question de la santé publique et de la protection du système de soins : je n'arrive pas à comprendre la logique de ceux qui trouvent que le port du masque ou les procédures-barrières sont des atteintes à la liberté. Cela en est bien plutôt la condition, ça nous évitera de nouvelles restrictions d'activité ou de circulation.
Comme dit Freud, le principe de réalité ne s'oppose au principe de plaisir, il en est le moyen.

Écrit par : Ariane | 31/07/2020

Oui...Hum...Ma phrase sur l'autorité était ironique.

Mais je suis d'accord sur le port du masque et le reste.
Ce sont peut-être des atteintes à la Liberté mais la Liberté suppose aussi une responsabilité envers les autres.
Même pour un être libre tout n'est pas possible.

Écrit par : clodoweg | 01/08/2020

J'avais pas capté l'ironie sur ce coup-là ... Mais c'est bien, ça m'a fait réfléchir à un truc sur le rapport à l'autorité.
En tant que relativement versée dans les questions de langue et de littérature, je m'autorise la distance (et l'ironie aussi) avec nos pauvres académiciens. Mais au fond il y a plus de sagesse à se dire : c'est bon ils ont creusé la question un peu plus que moi, pas la peine que je fasse ma maligne.
Mais bien sûr il en va du respect de l'autorité comme de suivre une coutume : à condition que ça ne soit dommageable à personne.
Et bien d'accord avec toi sur le lien liberté/responsabilité.

Écrit par : Ariane | 01/08/2020

Les commentaires sont fermés.