Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/04/2021

Un temps pour tout (14/16) Voir le soleil

« Au jour du bonheur, sois heureux, et au jour du malheur, regarde : celui-ci autant que celui-là, Dieu les a faits. » (Qo 7,14)

 

« Si l'homme vit de nombreuses années, qu'il se réjouisse en elles toutes, mais qu'il se souvienne que les jours sombres sont nombreux, que tout ce qui vient est vanité. » (11,8)

 

La conjonction des deux sagesses, stoïcienne et épicurienne, ramène à l'idée qu'il y a un temps pour tout, rencontrée au début du chapitre 3 (cf 10/16)

On a vu que grâce a elle Qohélet relativisait la bipolarité de son tempérament mélancolique.

Ici, presque à la fin, Qohélet y revient. Rien de nouveau dans son texte comme sous le soleil ?

Je vois deux choses qui font que cette reprise n'est pas répétition.

 

Après plusieurs spirales d'entrelacement des fils sombres et lumineux, une chose apparaît : la bipolarité n'est pas juste le ressenti d'un poète, d'un philosophe un peu mélancolique. Elle est la caractéristique objective de toute vie.

Si Qohélet et quelques autres qui lui ressemblent (tel Montaigne) s'en font l'écho mieux que d'autres, c'est tout simplement qu'ils y résonnent intimement, comme la corde vibre sur la bonne fréquence.

 

La deuxième chose, c'est ça :

« La sagesse est bonne comme un héritage, elle profite à ceux qui voient le soleil. » (Qo 7,11)

« Douce est la lumière, c'est un plaisir pour les yeux de voir le soleil. » (11,7)

 

Tout est vanité sous le soleil. Précisément : sous le soleil.

Le brouillard des vanités peut cacher le soleil, mais il ne peut l'empêcher de briller, il ne peut l'empêcher d'être le soleil. La question est donc de se rendre capable du plaisir de voir le monde à la clarté du soleil sans qui les choses ne seraient que ce qu'elles sont, c'est à dire vanités.

C'est à cet ensoleillement du regard que commence (et finit) tout effort de sagesse.

Mais on est d'accord, c'est plus facile les jours clairs où rien ne le cache, le soleil.

Ou alors faut chercher un autre soleil.

 

09:34 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Sous le soleil... exactement.

Écrit par : Tania | 20/04/2021

Les commentaires sont fermés.