Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/05/2014

Zzzz ...

Ceci est dans mon édition de Robert (2012) le dernier mot pour z, et par conséquent le dernier mot, absolument, qu'il nous délivre dans son auguste bienveillance dictionnariale.

Onomatopée notant un bruit continu qui vibre légèrement (bourdonnement d'insecte, ronflement, bruit d'un coup de fouet etc.)

« La dame enfonce une longue épingle à chapeau dans son chapeau, zzzzz, à travers la cervelle ! » Green.

 

Robert, mon Petit, décidément tu n'es jamais décevant, jusqu'à la fin tu nous auras bluffés ... Vous conviendrez en effet que cette définition n'est pas sans mérite côté zinzinitude. D'abord la forme bien zarbie, quatre z suivis du point de suspension, franchement ! OK c'est j'imagine pour faire genre « voyez à l'onomatopée comme à l'onomatopée, zzzz … onomatopète nettement mieux que zzz. Mais attention on ne fait pas non plus de frime inutile, style zzzzzz !!!!! On fait juste ce qu'il faut comme il faut, car on sait se tenir, on est un dico pas un tabloïd … »

 

Ensuite je ne voudrais pas pinailler mais est-il scientifiquement exact de dire qu'un bruit « vibre »? N'est-ce pas plutôt l'inverse, une vibration qui est perceptible, vu son spectre, sous forme de bruit ? Et je ne suis pas sûre que « continu » soit l'adjectif le plus approprié, perso j'aurais mis « répétitif » ou « ininterrompu ». Car continu connote quelque chose de lissé. Si j'avais à représenter « continu », je dessinerais une ligne droite d'épaisseur constante. Or les exemples donnés évoquent de toute évidence une ligne brisée, au tracé marqué de pauses et de reprises. Quiconque a tenté de faire une sieste sous les pins et maudit les cigales jusqu'à la millième génération me comprendra. De même me comprendra quiconque a espéré vainement, après une journée harassante, plonger dans un sommeil réparateur aux côtés de son compagnon ou sa compagne de lit appliqué(e) à un ronflement mi-porcin mi-félin. Qu'en déduire, sinon le tempérament sadique et provocateur de Robert, qui ose ici parler de vibration légère ?

 

La piste sadique semble se confirmer avec le dernier exemple bruit d'un coup de fouet. (Et que dire de l'atroce citation de Green !) Certes, ayant assez peu fréquenté les chiourmes de galère, les mines de sel, certes n'ayant pas participé à mon corps défendant et dans le rôle du Noir esclavagisé au commerce triangulaire de la grande époque, certes n'ayant pas non plus été cheval (ou bien il y a longtemps, oubien j'ai oublié, et de toutes manières je ne crois pas à la réincarnation, surtout en vieille carne), j'ai une notion approximative du bruit exact d'un coup de fouet. Mais je le noterais plutôt ffff, ou à la rigueur ssss. Car zzz est clairement une chose et une seule : le bruit de l'épée d'un cavalier masqué qui zèbre tout ce qui passe à sa portée, d'un Z qui veut dire Zorro. 

10:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.