Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/07/2014

Si c'était une couleur ?

Sans l'ombre d'une hésitation, je dis rose.

Ah oui mais. Vu les connotations possibles de cette couleur, je m'avise que vous risquez de partir sur de fausses pistes. Ce rose peut prêter à confusion. D'ailleurs ne dit-on pas « rose de confusion » ? A moins que ce ne soit « rouge de confusion » ? Et zut je ne sais plus et pourtant je ne suis pas daltonienne. La plupart des daltoniens sont des hommes c'est bien connu. Non je n'essaie pas de vous dire que mon personnage est (ou était) daltonien, et donc implicitement que c'est un homme. Mais naturellement je ne dis pas le contraire non plus. En fait ça dépend de la carnation de départ. La nuance exacte de couleur provoquée par la confusion. Faut suivre. C'est un jeu qui demande de grandes qualités de concentration et de mémoire, vacances ou pas. C'est comme ça.

 

Cela dit, pour vous éviter le faux départ, il est plus prudent de préciser que mon personnage n'est ni Barbie ni l'un des Trois Petits Cochons, ni une quelconque princesse ou fée. Quoique. Je dis « quoique » pour la fée.

Et comme décidément jouer me met de belle et bienveillante humeur, voici que je vais faire à présent pleuvoir sur vous une pluie d'indices.

 

1° Rose = blanc + rouge. Après, bien sûr, la tonalité du rose obtenu dépendra de la proportion de ces couleurs dans le mélange réalisé sur la palette. (J'espère que vous disposez toujours de la palette dont vous usiez du temps de votre scolarité à l'école maternelle Saint Robert ?)

 

2° Mon personnage joue avec un même bonheur de toutes les tonalités possibles.

 

3° Rose n'est pas synonyme de mièvrerie, de fadeur, ou de gnagnanerie. C'est juste la couleur la plus suave, celle par exemple des pétales soyeux de la fleur qui porte ce nom. Une suavité qui peut être intense et charnelle, puisqu'elle est imprégnée de rouge, couleur vitale du sang. Et qui peut être tout autant naïve, enfantine. Oui, il y a incontestablement de l'enfance dans le rose, voire de la bébéitude.

 

4° Voilà c'est ça : rose est le sourire aux anges qu'on voit fleurir sur les lèvres d'un bébé.

 

5° Retenez bien tous ces indices, ça m'évitera des répétitions lors de la phase récapitulative à la fin du jeu, où je m'emploierai à vous convaincre du bien-fondé de mes choix. Car je dis n'importe quoi, certes, mais non sans savoir pourquoi je le dis.

 

 

17:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.