Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/02/2015

Dans le droit fil

« Ils sont adroits, ils ont des doigts habiles ; que peut ma simplicité contre leur complexité ? Leurs doigts s'entendent à tout filer et nouer et tisser ; ils tricotent les chaussettes de l'esprit. »

(Ainsi parlait Zarathoustra. Des érudits)

 

1 Après les sages (14-02), au tour des érudits. Ils tricotent les chaussettes de l'esprit : si c'est pas une métaphore filée, ça ! Et surtout très réussie. La métaphore, faisant se répondre des réalités de domaines différents, est d'autant plus parlante que les domaines semblent éloignés. Ainsi le rapprochement est tout à fait inattendu, il crée un effet de surprise. En même temps la surprise s'accompagne d'une sorte de sentiment d'évidence : « Mais c'est pourtant vrai ! Oui, c'est exactement ça ! » La métaphore réussie est une révélation. C'est pourquoi il arrive que quelques mots d'un poème ou autre écrit bouleversent un cœur et révolutionnent une vie.

 

2 Simplicité traduit Einfalt : mot à mot le fait d'être tout d'une pièce (Falte = pli). Idée que Nietzsche renforce en soulignant le possessif. C'est tout moi, tel qu'en moi-même : zéro triche.

 

3 Les érudits, experts, ceux qui explorent à fond un sujet, ont nécessairement du mal à admettre la simplicité. Lorsqu'ils sont « sages illustres », c'est un manque à gagner : comment écrire et vendre un bouquin, monnayer des cours, des conférences, sur une pensée qui, si elle est simple, invalide de ce fait commentaires et exégèses ? Et puis, qu'on pense illustre ou pas, c'est surtout une remise en cause existentielle : si l'auteur se donne comme simple, donc directement accessible, à quoi sert tout cela ? Si tout un chacun peut trouver un accès de plain-pied, à quoi bon nous fatiguer à grimper la montagne par sa face escarpée ?

 

4 « Comment escaladerai-je le mieux cette montagne ? » Continue de monter et n'y pense pas ! (Le Gai savoir)

Nietzsche attend un lecteur qui comme lui se veuille einfältig. Le mot veut dire aussi « niais, simplet ». Un lecteur qui « marche », donc. De préférence pieds nus, pas besoin de mettre des chaussettes. Et pas davantage de prendre des gants.

 

5 Ici je n'exclus pas, chers lecteurs, que vous vienne la pertinente remarque : qu'y a-t-il dans ce blog sinon filage, nouage et décorticage, bref complicatude ? Le 1 ci-dessus par exemple ? Ou encore la note précédente ?

 

6 Je ne peux qu'acquiescer, tout en ajoutant : telle est, je le crains, ma simplicité. En tous cas ma façon de marcher.

 

 

10:32 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.