Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/11/2015

Conservation

 

Dilemme n°5 : Feuille d'alu ou film plastique ?

Il est temps de cesser les enfantillages et les débats inconsistants (je mets à part le nourrissant fromage ou dessert naturellement) pour entrer dans le dur, le concret, le réalisme, la lutte des classes pourquoi pas au point où on en est.

Bref philosopher en physiologistes selon le programme de Nietzsche. 

Gardons-nous cependant de penser que si nous sommes capables, en ce début du XXI° siècle, de nous poser enfin de vraies questions dont celle-ci, c'est que nous sommes moins cons que nos prédécesseurs. C'est seulement que notre industrie chimique est un peu plus au point que la leur.

Eût-il disposé lui aussi de ces fleurons capitalistiques bienfaiteurs de l'humanité, Neandertal aurait posé la question que je pose, au lieu de chasser le mammouth ou quoi que ce soit.

Ou du moins après la chasse et le repas, au moment où Madame Neandertal lui aurait dit : « Chouchou tu peux ranger les restes de mammouth dans le garde-manger, du temps que je ponce les assiettes en lave ?

- Feuille d'alu ou film plastique, Mammouth ? euh Mamour ? »

Platon lui-même en aurait eu l'idée. Peut être. Montaigne aurait déniché dans sa librairie la citation ad hoc.

« 'Inutilis quaestio est aluminium sive plasticum. Veni vidi dixi : emballa quod pesatum, unum punctum est totum.' répondit impatiemment César au soldat chargé de l'intendance. Pour moi je n'aime point le réchauffé, et ainsi point les restes qui à l'aventure peuvent l'être. Si bien que je ne saurais dire que ceci : emballez, n'emballez pas, aluminez, plastiquez, peu me chaut. »

Bref le film plastique réserve bien des déboires au déroulage et au déchirage, mais il a l'avantage de la transparence. Ce qui par les temps qui courent est un argument j'en conviens. La feuille d'alu évite les accidents majeurs de manutention mais nous laisse dans l'opacité.

Pour moi j'ai un petit faible pour le film plastique, mais comme on oublie plus souvent d'en racheter que de l'alu, en pratique on doit emballer mezzo mezzo.

J'ai connu quelqu'un qui connaissait quelqu'un qui lavait les feuilles d'alu usagées pour s'en resservir. (OK ce n'est pas une info de première main non plus, mais j'ai confiance dans la personne qui m'a dit ça, elle ne fait ni dans la politique ni dans l'aliénation religieuse ni dans la banque ou le commerce en général).

Bref je n'ai pas osé demander ce qu'il advenait de l'alu ayant servi à des sardines en papillotes, par exemple.

Imaginons une invitation à dîner émanant de cette maison, que faire : m'y rendre, mue par la belle curiosité scientifique d'observer un rare spécimen de névrose ? Refuser par souci mesquin de ma santé ? Encore un dilemme.

J'ai la vague impression d'être condamnée à aller de Charybde en Scylla.

 

09:10 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.