Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2016

Et inversement

 

« Que philosopher c'est apprendre à mourir » titre le chapitre 20 du livre I des Essais. La forme latinisante, toute spontanée qu'elle soit sous la plume de Montaigne, lui donne pour nous lecteurs modernes une solennité compassée.

Pourtant ici comme ailleurs, Montaigne, tout en développant des propos aussi convenus que stoïco-compatibles, ne laisse de répondre au rictus de la Camarde par un sourire, de déjouer l'angoisse par le charme de l'ironie.

Et de fait ce titre incite diablement au jeu du détournement.

Que philosopher c'est apprendre à mourir.

Que mourir c'est cesser de philosopher. Mais que cesser de philosopher n'est pas le pire désagrément de la mort. Si on y réfléchit.

 

Que philosopher c'est apprendre à mourir.

Que mourir ça nous apprendra à essayer de philosopher. Tout ça pour ça. On aurait mieux fait de faire un truc utile à l'humanité je sais pas moi genre trader.

 

Que philosopher c'est apprendre à mourir.

Que philosopher c'est entreprendre de sourire avant que de pourrir. Avec Desproges entre autres. Sourire avec Desproges je veux dire, pas pourrir. Quoique. Que philosopher c'est accepter de pourrir pourvu qu'on ait souri.

 

Que philosopher c'est apprendre à mourir.

Qu'apprendre l'humour c'est pas pour les ripoux ni pour les faux fols.

 

Que philosopher c'est apprendre à mourir.

Que rire des sots c'est comme prendre de la poudre. En plus euphorisant. Quoique tout aussi addictif. Enfin j'imagine. Je dis j'imagine parce que sinon vous allez vous imaginer des choses.

 

Que philosopher c'est apprendre à mourir.

Qu'apostropher les mous du genou c'est facile quand on peut courir.

 

Que philosopher c'est apprendre à mourir.

Que fesser Sophie n'est pas lui apprendre à vivre. « Émile ça lui donne le fou-rire, mais c'est pas ma faute. » Rousseau confessons-le fut philosophe certes mais un martinet paranoïaque. Euh un tantinet. Pourquoi mais ?

 

Que philosopher c'est apprendre à mourir.

Que filer la métaphore et affoler les mots sens dessus dessous, ça fait Belle Marquise d'amour mourir (sans dessous du tout ?)

 

Que philosopher c'est apprendre à mourir.

Que jouer au bridge c'est parfois faire le mort pour tuer le temps.

 

Que philosopher c'est apprendre à mourir.

Que philosopher c'est trouver sa récompense mort ou vif.

Disons vif ?

 

10:02 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.