Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/04/2016

Xénophobie

 

La xénophobie n'est pas ce qu'on croit. Pas la peur haineuse de l'étranger qu'énonce au premier abord son étymologie.

Peur haineuse, certainement, mais de l'étranger il faut y regarder de plus près.

- Ach Ich conseille d'y regarder mit mein Konzept von « Unheimlich ».

- Mais votre Konzept, Sigmund, il prend les choses dans l'autre sens, non ? Le familier qui se fait étrange ...

- Ja ja, aber du coup forcément ça marche dans les deux sens, es gibt eine Reversibilität, vous le sehen bien quand même ?

- Ce qui peut inquiéter dans l'étranger ne serait pas qu'il soit radicalement autre, mais qu'au contraire il soit assez proche du heimlich, du familier, pour s'y insérer, mais avec une sorte de fêlure, de dissonance ?

- Richtig ! Et c'est ce qui amène le Mekanismus du narcissisme des petites différences.

- OK mais sans vous vexer pour l'instant je vais regarder le mécanisme tel que Spinoza le présente dans la partie 3 de l'Éthique.

Ja ja es ist pas du tout kontradiktoire.

 

Le premier rouage de la mécanique xénophobique se met en place avec une sorte de tic, de réflexe : l'imitation des affects.

« De ce que nous imaginons une chose semblable à nous, et que nous n'avons poursuivie d'aucun affect, affectée d'un certain affect, nous sommes par là même affectés d'un affect semblable.» (Éthique prop 27 Partie 3)

Beaucoup d'affect, hein ? C'est que Spinoza n'a pas peur des répétitions (logique quand on cherche juste le mot juste).

1) « Nous imaginons » = nous avons l'image, s'imposant à la conscience.

2) « que nous n'avons poursuivie d'aucun affect » = a priori indifférente.

L'image se présente donc sans motivation mais avec évidence : un flash d'affect, « rien d'autre que le Désir d'une certaine chose qu'engendre en nous le fait que nous imaginons que d'autres, semblables à nous, ont le même désir. » (scolie prop 27)

 

Deuxième rouage de la mécanique

« chacun aspire par nature à ce que les autres vivent selon son propre tempérament, et tous y aspirant de pair, ils se font obstacle de pair, et tous voulant être loués c'est à dire aimés de tous, ils se haïssent les uns les autres. » (scolie prop 31)

Le mot clé dans cette remarquable formulation de la rivalité mimétique est « pair ».

(Par en latin = égal, semblable)

 

Ce qui rend chacun passible de xénophobie n'est pas l'altérité de l'autre. Ce qui gêne dans l'étranger c'est bien au contraire qu'il joue dans la même catégorie.

Et si l'on cherche à le disqualifier, à l'exclure de la partie, ce sera dans l'exacte mesure et dans les domaines précis où l'on doute de soi-même.

 

 

10:51 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Belle phrase de conclusion, le Doktor Sigmund serait d'accord.

Écrit par : clodoweg | 21/04/2016

Les commentaires sont fermés.