Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/09/2016

Un oryx récalcitrant

 

Armand était content. La scène à tourner aujourd'hui serait un vrai plaisir. Elle ne présentait aucune difficulté particulière. Un tournage en décors naturels ce n'est pas forcément évident, pourtant.

La seule contrainte serait le timing, pour profiter de la lumière parfaite, comme au moment des repérages. Mais sinon ces grands espaces, ce désert, ça donnait beaucoup de possibilités. Il faisait placer plusieurs caméras, il multiplierait les angles des prises de vue.

Et comme ça au montage, il ne se fermait aucune option de scénario. C'est ainsi qu'il avait construit ce que les critiques appelaient sa virtuosité à jouer avec les codes. La surprise, décevoir l'attente ... Sans oublier l'émotion bien sûr.

Mais ici ? Plutôt mélo ou plutôt happy end ? Ça dépendait du public visé. Il verrait avec le producteur.

Qui pour l'instant s'était montré enthousiaste (une fois n'est pas coutume).

« Super ton histoire, Armand ! La petite antilope, ou gazelle, enfin bref, arrachée à sa harde, qui devient la légende du désert. L'immensité, les grands espaces, le jeu de cache cache avec les chasseurs. Un mélange de Bambi et de Lawrence d'Arabie.

Sans compter le côté féministe (bonne idée la gazelle femelle), un soupçon de Thelma et Louise. Et puis bien sûr le thème écolo, espèce menacée tout ça, c'est un must maintenant. Bref hyper syncrétique, non, vraiment très malin, on va faire un carton. »

Bambi … Un peu humiliant, non ? Mais bon. Ce qui comptait c'est qu'on lui laissait carte blanche. Allons, profiter du plaisir de la scène d'aujourd'hui.

« Armand ! Ah te voilà ! Euh on a un petit souci. On a perdu l'animal.

- Comment ça ?

- L'antilope, l'impala, enfin le machin, là. Tu sais on avait prévu de la lâcher à la caméra 4, et puis de la suivre …On l'a lâchée. Mais on l'a perdue. En fait c'est elle qui nous a lâchés, on sait pas où elle est passée …

- L'impala est plus là ? Mais enfin elle peut pas être bien loin. Y a pas des tonnes de planques ici, c'est le désert, merde. Et puis d'abord pourquoi elle est partie, qu'est ce que vous avez fait ?

- Rien, voyons, on a fait comme les autres jours, mais tu sais c'est des bestioles assez capricieuses … Surtout celle-là avec son petit caractère.

- Bon tant pis. Le temps qu'elle revienne, on va tourner avec la doublure. On s'arrangera pour les raccords, on supprimera des gros plans enfin on verra …

- Ben c'est à dire la doublure ... L'autre impala est plus là non plus. Elles sont parties ensemble on dirait qu'elles se sont donné le mot.

- Quoi ! Non mais qu'est-ce que c'est que cette équipe de nazes ? Je vais m'expliquer avec le directeur du parc, moi. Bon ben allez on les cherche ! Tout le monde s'y met, là, et fissa ! »

Et voilà, on allait perdre un jour de tournage pour ces bestioles à la con ! Ces antilopes, toutes des ... Je t'en foutrai, moi, des Thelma et Louise ...

 

 

 

09:59 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.