Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

16/12/2016

Time is money

 

Quand vous entendez votre nom prononcé de façon approximative sur fond de brouhaha, vous savez d'emblée à quoi vous en tenir.

On vous a sonné depuis une quelconque plate-forme d'appel.

Pourquoi alors ne pas raccrocher aussi sec ? Clac ! (Car votre téléphone est encore de ceux qui se raccrochent – c'était le modèle le moins cher).

Ou bien pourquoi ne pas vous lâcher et exprimer en mots bien sentis le fond de votre pensée, genre foutez-moi la paix ?

Ou éventuellement en profiter pour argumenter fermement votre positionnement anti-capitaliste : y en marre de ce marketing agressif pour nous fourguer des merdes inutiles !!!

Mais voilà : on vous a appris la politesse et un minimum d'égards pour les autres. Si bien que vous ne pouvez vous empêcher d'allier à vos convictions anti-capitalistes abstraites une certaine attention à votre prochain, l'homme (et la femme donc !) concret et déchiré dont parle Marx.

Fût-il quelque peu éloigné de vous, sur sa plate-forme en Inde, au Maroc, ou en quelque lieu que ce soit.

Car vous l'imaginez gardechiourmé par son chef de rangée qui vérifie

1) qu'il suit à la lettre l'entretien-type, déroulant les phrases prévues dans le bon ordre,

2) qu'il reste calme et courtois avec son interlocuteur, quand bien même celui-ci l'injurie (que ce soit pour affirmer son anticapitalisme ou pour toute autre raison moins militante),

3) qu'il ne cherche pas à tirer au flanc en prétextant un besoin de pause alors qu'il a déjà fait pipi pas plus tard qu'il y a 6 h.

Vous savez par ailleurs (vous avez lu des articles et même des romans qui en parlent) que votre interlocuteur là-bas sur sa plate-forme voit son salaire indexé (peut être même son poste suspendu) à sa capacité à vous garder au bout du fil un temps minimal (défini j'imagine par quelque algorithme commercial).

Vous ne savez plus si c'est une minute ou deux, en tous cas pas le bout du monde ni la mer à boire (celle par exemple qui vous sépare de votre interlocuteur).

Quelles que soient vos obligations ou occupations, votre impatience congénitale, ça ne vous tuera pas. Vous.

Alors vous prenez votre mal en patience, entretenant la communication à l'aide de vagues borborygmes, par solidarité avec l'inconnu contre son garde-chiourme et surtout la multinationale qui les exploite l'un et l'autre.

Les deux minutes écoulées, vous pouvez enfin, la conscience tranquille, formuler la phrase magique : merci, je ne suis pas intéressée.

Et voilà. Clac. Ouf.

Reste à savoir si la prochaine fois pour éviter ça, vous ne vous abstiendrez pas de décrocher.

Marxiste mettons, mais masochiste pas tout le temps.

 

08:50 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.