Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/03/2017

"Vérité en deçà"

 

« Toute vérité n'est pas bonne à dire. »

 Je m'inscris en faux. Toute vérité est bonne à dire. Mais pas à n'importe qui ni n'importe comment.

Oui c'est exactement comme l'humour. D'ailleurs ...

 

« Faudrait pas d'abord répondre à la question qu'est-ce que la vérité ? » demandera le lecteur avide de philosopher.

Réponse : non.

« Et pourquoi pas ? »

Un proverbe ne se pose pas ce genre de questions. Ni aucune question à vrai dire. Le proverbe ignore superbement la forme interrogative. Il fait dans l'assertion sans nuances, l'affirmation massive autant que gratuite.

Alors pourquoi être plus royaliste que le roi ? Comme on dit.

« Oui mais » ergotera le lecteur toujours autant de philosopher avide « maintenant qu'on est en démocratie ? »

OK. Rien à redire . Philosophons donc à vide, puisque c'est notre droit de l'homme.

 

« Toute vérité n'est pas bonne à dire » ne se complète pas nécessairement de « alors on ferme sa gueule », comme si ...

« Ah quand même ! » s'immiscera encore le lecteur avec un brin de satisfaction.

Comme s'il n'y avait qu'une vérité. Mais si on dit « Toute vérité n'est pas bonne à dire. Mais y en a des que si », on développe l'idée implicite que la vérité est multiforme, plurielle, relative.

Il y a des vérités. Quatre parfois, souvent bien plus.

 

Et du coup, (pense ce proverbe) on peut hésiter à les balancer. Vu que la vérité de l'un ne sera pas celle de l'autre.

Celui à qui je dis ce que je pense être une vérité ne l'entendra pas toujours, de même que je resterai souvent sourde à sa vérité à lui. Car la vérité est dans le mi-dire (dixit Lacan).

Traduction : hors d'un rancard des interlocuteurs en terrain symbolique neutre, aucune vérité se pointera non plus.

 

Depuis ce no man's land, donc, je m'inscris en faux contre ce proverbe. Toute vérité est bonne à dire. Voilà.

1) Pas forcément toute au sens d'entièrement. Ni toute d'un coup. On peut laisser du temps au temps. Laisser du mou, du flou pourquoi pas. Laisser entendre, suggérer, plutôt qu'asséner.

2) Toute réponse ou réaction doit être entendue comme une autre vérité potentielle. Ce qui n'empêche pas de poursuivre le débat. Au contraire.

3) Même si elle est difficile à dire, même si elle a du mal à passer (dans la bouche qui la dit, l'oreille qui l'entend), une vérité ne fera jamais autant de dégâts que le non-dit.

 

09:29 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.