Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/10/2018

Coriace

MARASME

3) (1923) Petit champignon à pied coriace (agaricacées) dont une variété, le mousseron d'automne, est comestible.

 

J'adore le mot coriace. Je sais pas pourquoi. Je nourris l'espoir (vainement jusqu'ici) qu'un jour enfin quelqu'un me complimentera d'un « t'es une vraie coriace, toi ».

Coriace veut dire dur comme du cuir. C'est oublier qu'il y a des cuirs souples, mais bon qui suis-je pour contredire l'étymologie.

Pour le champignon cependant si je peux me permettre, Robert, il eût mieux valu dire ligneux, non ? Ou fibreux ?

 

Mais cessons d'ergoter. Je le disais la dernière fois, cette troisième partie de la définition est propre à nous requinquer.

Dans l'automne crépusculaire où tout se décompose, dans l'eau stagnante et glauque des marais du marasme, voici que pointe le pied coriace d'un petit mousseron.

Petite moisissure certes, quoi d'autre : c'est ainsi, il y a quelque chose de pourri au royaume du marasme. Mais moisissure comestible.

Cette fin de définition nous offre ainsi une belle métaphore de la résilience, à la hauteur de la sublimation baudelairienne des Fleurs du mal. Non ?

 

Après pour ceux qui se demandent : agaricacées = famille de champignons basidiomycètes à lamelles, dont la plupart sont comestibles.

Lamelleux aussi c'était pas mal à la place de coriace (ah si, ça existe, j'ai cherché).

Quoique. J'aimerais pas trop qu'on me dise « t'es une belle lamelleuse, toi ». Par contre « quelle sacrée basidiomycète tu fais », là je dis pourquoi pas.

 

Sur la date de 1923 je m'interroge. Ce champignon est-il né à ce moment-là ?

Sans être grande mycologue (ni petite d'ailleurs) je suis prête à soutenir qu'il était déjà là du temps des dinosaures ou pas loin.

Mais il n'avait pas encore de nom. On disait : j'ai fait une fricassée de petits machins à pied coriace. Un jour de 1923 quelqu'un en a eu marre, et lui a trouvé ce nom, marasme.

À six ans de la crise de 1929 franchement c'était pas si mal vu. Comme quoi on peut allier un certain flair en économie avec le goût des champignons (sauf les nucléaires ça va de soi).

 

 

 

 

09:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire