Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/06/2019

Utile

« Ne gaspille pas le temps qu'il te reste à vivre à imaginer ce que font les autres, si cela n'apporte rien à la société. »

(Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même III, 4)

 

Le critère de l'utilité sociale est fondamental dans la réflexion et les choix de Marc-Aurèle. C'est tout à fait logique pour un gouvernant.

Doit-on en déduire qu'il arrive que nos gouvernants soient déficients en logique ?

(À moins que la déficience ne soit éthique, dis-tu lecteur ?) (On aurait dû éviter Cioran, c'est pas bon pour l'optimisme).

 

Pour Marco à sa place, apporter à la société consistait à faire tourner aussi rond que possible la boutique empire romain.

À l'intérieur, délimité (forcément) par le limes, la frontière, il pouvait le faire en s'appuyant sur ses principes qui étaient paraît-il démocratiques pour un empereur.

Bon, tout est relatif, mais disons qu'il tentait de se comporter selon l'appellation de princeps senatus (président du sénat en gros) plutôt qu'avec la brutalité du tyran ou la démagogie du tribun.

Aux marges de l'empire, ce fut une autre paire de manches, et il dut assumer d'être imperator, chef de guerre. Sans grand enthousiasme vu son caractère. Il se consolait donc en philosophant : ces Pensées furent sans doute écrites dans un no man's land loin de Rome durant l'interminable guerre contre les Sarmates (peuple germain).

 

La pensée ci-dessus fait en tous cas ressortir le lien entre efficacité et autonomie de pensée, efficacité et prise de distance avec l'opinion (cf note précédente), avec le narcissisme inducteur de comparaison.

Toute non empereur romain que je sois, j'opine pour ma part à ce critère de l'utilité pour le bien commun. Il est sans doute un peu plus complexe à discerner et mettre en place dans une démocratie moderne que dans un empire antique (et plutôt pour de bonnes raisons genre progrès des exigences quant à la liberté et la justice).

Mais inversement faut voir qu'on dispose d'un corpus de philosophie politique (ce cher Rousseau évidemment et autres anciens inspirés, mais aussi les travaux actuels d'historiens et nes, sociologues, économistes) dont Marc-Aurèle aurait sûrement fait son profit.

Lui.

 

10:38 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire