Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/07/2019

Le second souffle

« Cesse de t'égarer : tu ne dois plus relire tes Mémoires ni l'histoire ancienne des Romains et des Grecs, ni les extraits des traités que tu as laissés pour tes vieux jours. Hâte-toi vers le but, abandonne les vains espoirs, et, si tu te soucies un peu de toi-même, aide-toi, tant que c'est possible. »

(Marc-Aurèle. Pensées pour moi-même III, 14)

 

Hâte-toi vers le but : ainsi parlerait la flèche du pseudo-Zarathoustra.

Une flèche quelque peu émoussée, car en écrivant ceci Marco n'est pas de la première jeunesse. Mais il atteint à une deuxième jeunesse, une jeunesse au carré si l'on peut dire.

Elle ressort de ces mots, cette jeunesse de l'après maturité.

Elle ne prétend pas nier l'usure du corps, la lassitude de l'esprit, cette sorte de distance qui s'installe avec le monde (Je me dénoue par tout ; mes adieux sont à demi pris de chacun sauf de moi. Essais I,20 Que philosopher c'est apprendre à mourir), mais elle les retourne.

 

Cesse de t'égarer implique une conversion de l'attitude et du regard. Chercher la sagesse en se retournant pour remâcher le passé, le sien propre ou plus largement le passé historique (même aussi constructif qu'il ait pu être) c'est s'enfermer dans les histoires anciennes, chercher des augures dans les vieilles lunes et les astres morts.

La sagesse est à chercher à l'horizon, à chaque nouvel horizon. Bon ici il est vrai que ce but qui approche n'est pas à première vue très motivant.

C'est là qu'intervient le retournement.

Le dépouillement peut révéler une face d'allègement. En abandonnant les vains espoirs, ce qu'on abandonne n'est pas l'espoir mais la vanité, la vacuité qui pèse si lourd.

Le passé n'est pas oublié, mais on choisit de ne garder du bagage que ce qui est viatique.

L'injonction à l'éthique n'est pas reniée, mais s'humanise en souci de soi (au sens de Michel Foucault) : aide-toi tant que c'est possible.

On peut bien sûr entendre aussi dans ces mots que, le but étant de toute façon la mort, autant la choisir à sa façon avant d'être à la merci d'autrui, légumisé. Est-ce contradictoire avec le souci de soi, ou pas ? Vaste débat.

(Et bon courage au comité consultatif d'éthique).

 

Et le vieux* Marc-Aurèle entame l'étape ultime du parcours dans la sérénité. Comme parfois, au bout d'une marche harassante, alors qu'on se croit vidé, on éprouve tout à coup dans les derniers mètres l'euphorie inattendue que l'on appelle le second souffle.

*Vieux c'est relatif : il est mort à 59 ans (comme Montaigne).

 

08:48 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

Écrire un commentaire