Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Mansuétude envers l'étrangeté

« n°334 : On doit apprendre à aimer.

Voici ce qui nous arrive dans la musique : on doit commencer par apprendre à entendre une séquence et une mélodie, la dégager par l'ouïe, la distinguer, l'isoler et la délimiter en tant que vie à part ; il faut alors effort et bonne volonté pour la supporter, malgré son étrangeté, il faut faire preuve de patience envers son aspect et son expression, de charité envers ce qu'elle a d'étrange :

vient enfin le moment où nous sommes habitués à elle, où nous l'attendons, où nous pressentons qu'elle nous manquerait si elle n'était pas là ; et désormais elle ne cesse d'exercer sur nous sa contrainte et son enchantement et ne s'arrête pas avant que nous soyons devenus ses amants humbles et ravis qui n'attendent plus rien de meilleur du monde qu'elle et encore elle.

– Mais ceci ne nous arrive pas seulement avec la musique : c'est exactement de cette manière que nous avons appris à aimer toutes les choses que nous aimons à présent.

Nous finissons toujours par être récompensés par notre bonne volonté, notre patience, notre équité, mansuétude envers l'étrangeté en ceci que l'étrangeté retire lentement son voile et se présente sous la forme d'une nouvelle et indicible beauté – c'est son remerciement pour notre hospitalité.

Qui s'aime soi-même l'aura appris aussi en suivant cette voie. Il n'y a pas d'autre voie. L'amour aussi doit s'apprendre. »

(Friedrich Nietzsche Le Gai Savoir Quatrième livre)

 

Aimer, entrer en relation avec les choses et les êtres : une ascèse, et même un volontarisme ?

Souvent il faut « prendre sur soi » pour s'ouvrir à l'autre et à l'altérité, déblayer en soi un espace, laisser une place vide. Travail difficile : la patience, la mansuétude ne sont pas des choses molles, des renoncements, mais bien des vertus, dans toute la force du terme.

Mais de cette hospitalité à l'autre et à l'altérité, on est, merveilleusement récompensé dans la rencontre avec une nouvelle beauté.

 

Ce passage est ainsi l'occasion de tordre le cou à un fréquent contre sens : le vouloir-aimer célébré dans ce texte magnifique est à mon sens le cœur, la source profonde de la Wille zur Macht nietzschéenne.

C'est pourquoi la traduction par « volonté de puissance » trahit surtout, je pense, celle de certains lecteurs de Friedrich. Je préfère qu'on rapproche Macht du verbe machen : faire, accomplir.

 

Commentaires

  • Quelle magnifique réflexion, Ariane !
    L'œil suit le même apprentissage, lent et patient, pour apprendre à voir une œuvre d'art puis à l'aimer. Il y a de cela aussi dans "Le beau est toujours bizarre" de Baudelaire.

  • Merci pour ce rapprochement avec Baudelaire, il est parlant en effet. Et puis outre la vue, l'ouïe, cette "mansuétude envers l'étrangeté" peut s'appliquer aux autres sens, aux odeurs, aux sensations tactiles, au goût bien sûr. Bref à tous les modes concrets d'approche de l'autre et de l'altérité.

Écrire un commentaire

Optionnel