Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le blog d'Ariane Beth - Page 2

  • Cruciverbiste (32) Zéro triche

    Le soigneur pour la guérison. Réponse : anagramme.

    Astucieux, non ?

    Je termine ce parcours sur les mots croisés avec un hommage à ce que je considère comme le roi des jeux de mots. La reine plutôt, l'anagramme étant aussi féminine que la raison ou la sagesse. 

    Comme le fait remarquer le physicien Étienne Klein*, les anagrammes font souvent émerger la quintessence d'une réalité. Comment, pourquoi ? Mystère du jeu de l'être et de la lettre ? Toujours est-il que pour ma part je le vérifie souvent.

    L'occasion de citer des anagrammes de mon invention :

    Les Essais de Montaigne : sagesse mondiale, tiens !

    L'Éthique de Spinoza : quiz de philo séante.

    Zarathoustra de Nietzsche : hâtez saut dans zéro triche.

     

     

    *Étienne Klein et Jacques Perry-Salkow : Anagrammes renversantes ou le sens caché du monde (Flammarion 2011)

     

  • Cruciverbiste (31) Ecriture inclusive

    Féminin en ce qui concerne l'intelligence. Solution : genre.

    Raison aussi est du genre féminin, je dis ça je dis rien. Et finesse, perspicacité, sagacité.

    Bon oui c'est vrai ce que je dis est totalement impertinent (sans pertinence j'entends), vu qu'au petit jeu de se renvoyer les mots comme des balles, ça peut durer indéfiniment. Avantage (masculin), égalité (féminin), avantage, égalité ...

    Faudrait donc arrêter de considérer ces questions de genre comme un match, non ?

    Vaste et passionnante question en revanche que celle du sexe des mots. Elle en dit long sur le type de société, le mode de civilisation. Par exemple le fait qu'en français il n'existe pas de neutre.

    J'ai tendance à penser l'existence du neutre comme le signe que la catégorie humain prime sur le genre. Mais peut être suis-je trop optimiste. Peut être est-elle conçue non comme un au-delà de la partition, mais comme un en-deçà.

    Genre das Kind en allemand (l'enfant). La preuve par la suite : kind-fille, adolescente, devient das Mädchen, reste neutre donc, tandis que kind-garçon devient der Junge.

    J'arrête là, mes élucubrations sont bien hasardeuses je le reconnais, vu le niveau de mes connaissances linguistiques. J'imagine que le Leser, la Leserin, pour peu qu'il (elle) soit versé(e) dans ces domaines doit déjà bondir.

    C'est fatigant, l'écriture inclusive, hein ? Fatigant à écrire, mais fatigant à lire aussi. Sur le principe égalitaire qui la sous-tend, rien à redire. Mais en pratique pfff. Ce qui serait sympa serait d'avoir la liberté d'accorder ou pas, de passer d'un genre à l'autre souplement. Sauf que ça poserait des problèmes dans l'enseignement de la langue. La grammaire vaut mieux que ce soit clair pour les enfants, ils baignent déjà dans tellement de flou.

    Enfin tant que je peux parler pour ne rien dire, hein ...

     

    Malgré les apparences, nous restons dans la thématique du langage avec : le soigneur pour la guérison (9 lettres).

     

  • Cruciverbiste (30) Entendre raison

    L'insolence des agneaux. Solution : na.

    Mot fréquent dans les grilles, petit mot bouche-trou bien pratique, comme par exemple Io (cf 10) et suscitant de même toutes sortes de définitions plus ou moins inspirées : sortie par le petit bout, résistance précoce, révolte en mode mineur etc.

    Mon observation naïve du monde m'amène pourtant à constater une évidence : les caprices sont plus souvent le fait des adultes que des enfants. Contrairement à beaucoup d'adultes, un enfant à qui on explique clairement et calmement pourquoi telle chose n'est pas possible, l'admet généralement, et passe à autre chose.

    Bon c'est vrai : du coup si l'autre chose n'est pas possible non plus, faudra recommencer à expliquer clairement et calmement pourquoi. Et ainsi de suite. Mais rares sont les cas désespérés où l'on n'arrive pas à trouver assez vite au moins une possibilité qui satisfasse à la fois l'enfant et l'adulte.

    Bref un enfant est la plupart du temps capable d'entendre raison.

    Acquérir des connaissances demande du temps, beaucoup parfois. Mais pour la raison, si l'on regarde bien, le temps ne fait rien à l'affaire. C'est une aptitude innée du petit humain.

    Le tout est que les adultes amenés à contribuer à son éducation aient l'idée d'y faire appel, tout simplement. Au lieu de cela, ils se fatiguent à chercher de tortueuses stratégies d'évitement, de chantage, de séduction. En appeler à la raison, ils n'y pensent même pas, tant elle est dévaluée pour eux.

    Sans doute ont-ils eu affaire, enfants, à des adultes eux-mêmes déjà dé-raisonnés.

    Si bien que toute la question est de trouver à un moment de réparer ce défaut de fonctionnement : et ce n'est pas le plus facile, je l'admets.

     

    Tiens du coup puisqu'on en est à la raison et toute cette sorte de choses : féminin en ce qui concerne l'intelligence (5 lettres).