Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/01/2021

Pâli (sans I)

- Toutes ces belles couleurs passées … Quelle perte pour cette œuvre ! Pas moyen de rattraper ça ?

- On a déjà restauré tout ce qu'on a pu. En allant au-delà, on ôtera à la fresque son caractère.

- Un peu plus de pétant dans ce rouge, non ?

- Vous n'y pensez pas, nous ne pouvons user que du pourpre exact de l'époque.

- Ah bon, ça a tant de conséquence ?

- Une fausse note se verra d'emblée.

- Pour un regard exercé comme le vôtre, d'accord. Seulement la fresque est supposée être un argument pour appâter le voyageur lambda, pas l'homme de l'art tel que vous.

- Même ce lambda-là peut goûter la beauté dans sa justesse, non ?

- Vous savez ce genre de gens ça parcourt toute l'Europe en sept jours, alors le temps consacré à la fresque dans notre bourg, ça va se compter en secondes … Ou alors on crée un truc pour lancer le buzz …

- Et de quelle sorte, le buzz sur une fresque du haut Moyen-Âge ?

- Un scandale pour provoquer un méga-débat chez les experts comme vous, dont les réseaux se fassent l'écho partout dans le monde …

- Vous allez me demander de changer quelque chose …

- Les couleurs, on peut pas, juste un peu ? ...

- Je vous le répète, nous devons rester dans le contexte culturel.

- C'est vu, OK, OK vous gardez vos couleurs passées …

- Pas mes couleurs, celle du créateur …

- OK OK, on garde les couleurs telles quelles, sauf qu'on met un nez rouge au bonhomme, là.

- Un nez rouge à l'apôtre Jean ? !!!

- C'est ça : on transforme votre fresque style haut Moyen-Âge en pop art. Et vous, vous devenez l'Andy Warhol du monde des experts restaurateurs de fresques Haut Moyen-Âge. Ça se tente, non ? … Eh oh, ça va ? Vous êtes tout pâle d'un coup.

 

07:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

16/01/2021

Sortie sans achat (sans H)

« N'attendez plus » « Venez profiter de nos ventes privées » « En tant que client privilégié vous pouvez bénéficier de créneaux réservés » « Pour vous seul des soldes uniques sur tous les produits des plus grandes marques » « Activez votre carte de fidélité pour gagner toujours plus de réductions » …

 

En fait vous savez quoi : non.

J'ai pas vraiment envie de profiter, je ne me découvre pas grand désir de bénéficier, et je traîne carrément les pieds pour activer.

En fait ben oui : attendre. Voilà. Je vais faire ça.

Surseoir. Reporter. Repousser. Patienter.

Me donner le temps de.

 

Fini d'arpenter les avenues du commerce, les réelles ou les virtuelles. Tant qu'à faire je vais plutôt m'asseoir au café du même nom (le seul qui ne fermera jamais) en sirotant un simple verre d'eau.

Et prendre le temps de.

 

Je sais que ça vous fait peur. Parce que, quand je le perds à courir après vos promotions, vos offres, mon temps c'est votre argent.

Désormais qu'on se le dise : y a pas écrit banquier pour milliardaire américain (ou asiatique ou quoi que que ce soit).

Y a pas écrit mécène pour artistes de l'aliénation.

 

J'ai dit un gros mot ? Et comment ça s'appelle, quand on bâtit des empires sur l'appât du gain (ou son illusion), sur le panurgisme et sur le décervelage ?

Désormais faut le savoir je vais devenir ce que je suis : libre.

Je continuerai à me nourrir, me fournir, oui, mais que ce soit si je veux, quand je veux, et ce que je veux. C'est à dire juste ce dont j'ai besoin et qui me plaît, vraiment.

C'est à dire pas tellement en somme.

 

Alors vous pouvez ranger la moitié de vos étals, tirer les rideaux sur les trois quarts de vos vitrines, et fermer les neuf dixièmes de vos sites.

 

Mot dièse j'ai déterré l'arme de guère.

Et j'avance sur le sentier de la décroissance.

 

08:14 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

13/01/2021

La guenon et le génie (sans G)

Dame Ouistiti un beau matin

Marchant à travers la forêt

Vit venir à elle un lutin …

 

- Mais peut être était-ce un follet

Un kobold ou un farfadet ?

 

- Voilà qui ne m'importe en rien.

Et que la forêt fût de pin

Ou pas

Je ne veux point examiner

Le cas.

 

- Nous direz-vous ce qu'il advint à ce petit ?

 

- Taisez-vous donc vous le saurez mon cher ami …

 

Notre lutin pleurait à fendre l'âme :

Est-il perdu, souffre-t-il quelque mal ?

Se demandait Dame Ouistiti,

Qui pour n'être qu'un animal

N'en était pas moins bonne femme.

 

Elle avança la main

Vers le susdit lutin ...

 Lequel à toutes jambes détala.

 

- Et pourquoi fallut-il qu'il s'en allât ?

 

- L'effraya chez notre Simienne

Le sourire pointu et la patte vilaine.

 

- Mais la morale de cela ?

 

- Une question me trotte en tête :

Lequel des deux fut le plus bête ?

 

 

08:13 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)