Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2019

Des goûts et des couleurs

Couleur franche.

L'expression peut noter deux caractères: l'intensité ou l'absence de mélange. Intensité d'une couleur vive, saturée, voire criarde. Netteté d'une couleur pure.

Et quand la couleur n'est pas franche ? On la dira indécise, nuancée, douce, pastel, passée, délavée.

On ne parle pas de couleur menteuse ou hypocrite. On pourrait.

Ce bleu profond et lumineux en certains endroits de Méditerranée, quand on sait le degré de pollution …

 

Couleurs primaires, secondaires.

Le disque des couleurs que nous fabriquions en cours de dessin.

Prisme, arc-en-ciel. La magie de voir sortir toutes les couleurs d'une lumière partout répandue mais transparente, impossible à qualifier (on la dit blanche parfois je crois). Elle est en fait l'invisible qui rend possible toute vision.

 

Déclinaisons.

Ardoise azur pervenche outremer

Jade olive céladon émeraude

Bordeaux rubis cerise feu sang

Aubergine lilas parme prune

Châtain noisette chocolat tabac terre de Sienne

Beige chamois alpaga

Souris acier fumée

Orange saumon ocre

Citron jonquille or paille safran moutarde

Vanille ivoire

Rose

 

C'est la vie.

Était-ce qu'il n'avait plus de pain blanc à manger, toujours est-il qu'il s'était mis à broyer du noir. Devenu angoissé chronique, il était sujet à toutes sortes de peurs de toutes nuances de bleu.

De plus en plus souvent il voyait rouge, entrant pour d'anodins désagréments dans une colère noire. Il faisait grise mine à tous ceux qu'il rencontrait. Il usait d'une langue peu châtiée, au large camaïeu de verts, pour reprocher à ses interlocuteurs de lui en faire voir de toutes les couleurs. Cela provoquait un blanc dans la conversation.

Un jour elle arriva. Alors, comme si elle avait hissé un drapeau blanc pour signifier une trêve à la tristesse et à la détresse, il sut qu'avec elle ce serait la vie en rose.

 

 

 

08:03 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (3)

05/03/2019

Playlist

Jouer au bouchon.

C'est plus fort que de jouer au bouchon, dit Séraphin Lampion. Ou Haddock ?

C'est trop fort, mille sabords, plus fort que de jouer au bouchon. Tonnerre de Brest, moussaillon, vous perdez la boule !

Comment joue-t-on au bouchon ? S'agit-il d'un vrai bouchon (auquel cas faut chercher du côté de soirées arrosées) (dans un bouchon lyonnais forcément).

Ou bien est-ce métaphorique ? (oui mais de quoi un bouchon peut-il être métaphore ?) (de la bouchitude des gens qui captent jamais rien ?) (genre il est bouchon grave lui, il voit pas qu'on est juste dans la métaphore?)

Robert (pour une fois eheh) n'en sait pas plus que moi. L'expression viendrait d'un ancien jeu, qu'il dit texto : sacré scoop. Franchement il ferait mieux de dire ben euh je sais pas. Y a pas de honte.

Bon je suis mauvaise langue, il est clairement affirmatif sur un point : l'expression entre dans la nôtre (de langue) en 1828 (par contre il dit pas quel mois) (je penche pour juin : début de l'été, pêche au bord de la rivière, déjeuner sur l'herbe, apéro, bouchon, jouer au).

Bref jouer au bouchon ? Une sorte de jeu de massacre, faire tomber le bouchon en tirant à la carabine ? Un jeu de bonneteau ?

Les paris sont ouverts.

 

Jouer au con.

Là pas besoin d'explications, on sait tous faire. Y a juste un truc, parfois y en a vous croyez qu'ils jouent et en fait non. Ils sont con naturellement. Du coup si vous rigolez, ils vous prennent pour un con.

Ce qui nous amène à l'expression connexe jouer au plus con. Et à la phrase qu'on a tous dite « Joue pas au plus con avec moi tu gagneras pas ».

 

Jouer à qui perd gagne.

C'est un jeu difficile pour lequel on n'est guère armé. On omet souvent de nous apprendre à perdre. Heureusement la vie s'en charge.

 

Jouer du pipeau.

Ça, au moins, c'est dans la plupart des cursus de formation.

 

Jouer sur la corde sensible.

Une façon courante de pratiquer le jeu précédent.

 

Mais je ne veux pas finir sur une note cynique.

Jouer sur la corde sensible m'évoque surtout une chose : le 2° mouvement du quatuor de Schubert La jeune fille et la mort.

La puissance incantatoire de cette phrase lancinante, sa ferveur désespérée.

 

 

 

08:24 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

01/03/2019

Choisir la facilité

« Les lecteurs de listes sont les plus écrivains des lecteurs », écrit Charles Dantzig dans son Encyclopédie capricieuse du tout et du rien. (Grasset 2009)

Affirmation hasardeuse, gratuite, comme la plupart des affirmations (toutes, en fait). Tout dépend des listes, de ce que l'on entend par lire. Et par écrire.

Quel lecteur ne fait l'expérience, régulière ou ponctuelle, qu'en effet lire c'est écrire (concrètement ou dans sa tête comme disent les enfants) ?

D'ailleurs sans me vanter le lecteur l'aura noté c'est la profession de foi de ce blog.

Quant à les plus écrivains, cela suppose qu'on peut mesurer «l'écrivanité», la quantifier, la situer sur une échelle.

On peut trouver un écrivain intéressant, subtil, habile, suggestif, drôle, profond, sincère. Ou ne pas.

Mais comment dire s'il est «plus» ou «moins» écrivain ?

En outre si nous laissons passer sans réagir l'affirmation fallacieusement anodine les lecteurs de listes sont les plus écrivains des lecteurs, nous nous retrouverons vite fait coincés devant des questions autrement cruciales telles que : les lecteurs de listes listent-ils les écrivains qu'ils lisent ?

Ou pire : les écrivains de listes listent-ils les lecteurs qui les lisent ?

Mais j'ai tort d'ergoter, j'ai tort d'ironiser. Que s'attendre à trouver dans une encyclopédie du tout et du rien, surtout si elle est capricieuse, sinon n'importe quoi ?

Non non, ce n'est pas un reproche, bien au contraire.

Écrire (et éditer) ce type d'ouvrage est choisir la facilité. Excellent choix, la facilité. On ne le fait jamais assez souvent.

(Imaginez y a même des tordus qui se prennent la tête à lire Rousseau au lieu de twitter et facebooker la dernière infox comme les gens normaux).

Mais rassure-toi lecteur, mon cas n'est pas totalement désespéré. Dans un accès de raison, une bouffée pragmatique, j'ai décidé de ne plus consacrer d'efforts qu'à la facilité.

Ainsi donc et pour commencer, je m'en vais établir des listes personnelles sur tout, rien, et n'importe quoi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10:55 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)