Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/03/2021

Un temps pour tout (7/16) Un intérêt malin

« J'ai eu à cœur de chercher et d'explorer par la sagesse tout ce qui se fait sous le ciel. » (Qo1,13)

 

Le Qohélet prend la parole pour raconter son exploration existentielle dans le brouillard de vanité et de non-sens, avec pour boussole la sagesse. Normal.

En tant que roi Salomon, parangon de sagesse, il a une réputation à tenir.

Je rappelle au passage que ladite réputation de sage repose surtout sur un fameux jugement (1er livre des Rois, chap.3, v.16-28), dans lequel notre roi-rassembleur propose une division pour le moins radicale. Piquant, non ?

En fait l'épisode montre surtout son pragmatisme, qui se retrouve aussi dans ce livre.

 

À propos de la sagesse, pour le Qohélet une chose est claire : ça nuit. Ben oui, comme se coucher tard (salut au grand Devos).

Et d'ailleurs ça fait souvent se coucher tard. Et mal dormir. Bref

« C'est une occupation de malheur que Dieu a donnée aux fils d'Adam pour qu'ils s'y appliquent » (1,13)

Chouraqui dit carrément « C'est un intérêt malin qu'Elohim donne aux fils de l'humain pour s'en faire du mal. »

Sa formulation m'intéresse davantage, car comment ne pas la rapprocher de la mise en garde divine à propos de l'arbre du connaître bien et mal ? Laquelle sera transgressée moyennant le conseil d'un serpent fort malin (Gen 2 v.16-17 et 3 v.1-4)

 

Le texte de Genèse 2/3, remarquons-le, met devant un fameux paradoxe, et même ce qu'il faut appeler un double bind. (Fréquent dans la Bible cf 2/16).

Les auteurs de la Genèse sont des sages qui s'en prennent à la sagesse. Le Qohélet fait de même.

C'est là encore ce que fait souvent Montaigne. En particulier dans l'Apologie de Raimond Sebon (Essais II,12). Encore que, plus que la sagesse, ce soit la raison qu'il questionne dans ce chapitre. Avec l'idée que raison et sagesse ne sont pas toujours superposables.

 

N'est-ce pas la raison, entendue comme calcul rationnel, vision comptable en gains et pertes, qui conclut que tout est vanité ?

« Ce qui est tordu ne peut se réparer, ce qui manque ne peut être compté. » (1,15) ou encore

« En beaucoup de sagesse il y a beaucoup d'affliction ; qui augmente le savoir augmente la douleur. »

 

C'est pour cela que, retournant comme un gant cette logique implacable, le Qohélet décide de prendre les choses dans l'autre sens.

La sagesse est un intérêt malin ? Soyons plus malins, essayons la folie.

 

08:47 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)

28/03/2021

Un temps pour tout (6/16) Moi Qohélet

Jusqu'ici c'était un ton impersonnel, un propos général, générique faudrait-il dire, concernant le genre humain dans son ensemble.

Mais au v. 12 de ce premier chapitre, c'est l'irruption soudaine d'un je précis.

« Moi, Qohélet, j'ai été roi sur Israël, à Jérusalem ».

 

Ainsi se désigne Salomon, l'auteur présumé du livre (cf 1/16). Pourquoi cette soudaine entrée en scène ?

Le propos radical tout est vanité se pose implicitement comme indiscutable avec le v.8 : les mots, on ne peut plus les dire. Et pourtant si, des lecteurs pour le discuter, il va s'en trouver.

Ne serait-ce que pour demander, tout à fait logiquement : alors pourquoi tu parles ? Et puis : tout est vanité, on veut bien (façon de parler) mais ça reste à démontrer, à prouver. N'y a-t-il pas d'autres points de vue possibles ?

 

Salomon-Qohélet va s'employer à démontrer la conclusion (paradoxalement posée en liminaire remarquons-le) (au cyclique comme au cyclique). Oui tout est vanité, je maintiens.

Et pourquoi je parle ? Parce que je peux le faire tant que je suis vivant.

Et j'en profite pour poser une question (qui se tient au cœur exact du texte : fin du chap.6 pour un livre qui en compte 12). La vie est vaine, mais il n'en est pas d'autre. Alors la seule question qui vaille est : comment se débrouiller au mieux dans le non-sens de la vie ?

« En effet qui sait ce qui est le mieux pour l'humain pendant l'existence, pendant les nombreux jours de sa vaine existence qu'il passe comme une ombre ? » (Qo 6,12)

 

Cette question constitue le point de nouage des deux fils avec lesquels le rhapsode tisse son texte.

Avec un fil noir il déroule les circonstances de la vanité de toute chose. « J'ai vu toutes les œuvres qui se font sous le soleil ; mais voici que tout est vanité et poursuite de vent. » (1,14)

Mais régulièrement il y entrelace le fils lumineux du mieux pour l'humain dans sa vaine existence.

 

Cet entrelacement m'en évoque deux autres.

Celui, c'est évident, qui organise les Essais (cf 3/16)

Mais aussi celui par lequel Freud caractérise le rapport entre les pulsions de mort et de vie dans Malaise dans la culture.

Il montre qu'elles sont inextricablement liées dans l'économie psychique de l'être humain, et par là sont les éléments nécessairement conjoints du fonctionnement de toute société humaine.

 

08:57 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

25/03/2021

Un temps pour tout (5/16) Les mots usés

« Quel profit y a-t-il pour l'humain de tout le travail qu'il fait sous le soleil ?

(Qohélet 1,3)

 

Pour éclairer (oui si je veux) la signification du soleil, regardons la séquence initiale du chapitre, délimitée par le retour de la clausule sous le soleil.

Elle va du v.3 ci-dessus au v.9 : « Ce qui a été, c'est ce qui sera, ce qui s'est fait, c'est ce qui se fera : rien de nouveau sous le soleil. »

Quel profit pour l'humain sous le soleil, rien de nouveau sous le soleil 

Radicale constatation du non-sens. Aux deux sens.

La vie ne progresse pas, n'avance pas. Et ne sert à rien.

Colonne pertes : tout. Colonnes profit : rien. Tout est vanité.

 

Une vie se déroulant selon un schéma cyclique du temps, rendu perceptible par la mécanique des éléments naturels.

 

Aller-retour du soleil sur son orbite  « Le soleil se lève, et le soleil se couche ; il aspire à ce lieu d'où il se lève.» (v.5)

 

Tournoiement d'un vent déboussolé  « Le vent va vers le midi et tourne vers le nord, le vent tourne, tourne et s'en va, et le vent reprend ses tours. » (v.6)

Au passage : belle écriture, non ? Le Qohèlet est beaucoup de choses sans doute, mais surtout poète.

 

Cycle de l'eau « Tous les torrents vont vers la mer, et la mer n'est pas remplie. » (v.7)

 

Quant à la terre, l'auteur la caractérise à travers le corps de l'humain. Ce qui consonne avec le livre de la Genèse, où Adam est ainsi nommé car fait de la terre (adama).

Au passage : conception écologique, non ? Cette communauté élémentaire comme fondant le lien indissociable entre l'être humain et sa planète-asile.

 

« Tous les mots sont usés, on ne peut plus les dire, l'œil ne se contente pas de ce qu'il voit, et l'oreille ne se remplit pas de ce qu'elle entend. » (v.8)

Les sens de l'humain, moyens de mise en relation avec le monde et les êtres qui le peuplent, sont eux aussi soumis à ce phénomène cyclique, négation de progrès et de gain.

Ce qu'on voit, on ne l'imprime pas, ce qui entre par une oreille sort par l'autre. Et surtout les mots ne sont que paroles paroles …

Après l'absence de sens comme direction le long d'une flèche du temps, on a ici l'absence de sens comme signification.

 

Bref, état des lieux posé en ce début du livre : le monde tourne à vide, et la vie humaine est assignée à l'insignifiance.

Les mots sont usés, on ne peut plus les dire ... Quoique.

Le Qohélet ne se prive pas d'en dire quand même un certain nombre. Car le texte ne fait que commencer.

 

08:19 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (2)